En ce moment
 
 

L'UE prend note de la proclamation de M. Tshisekedi à qui elle demande de "rassembler"

L'UE prend note de la proclamation de M. Tshisekedi à qui elle demande de

(Belga) La cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini a dit mardi prendre note de la proclamation, par la Cour constitutionnelle de la République démocratique du Congo (RDC), de la victoire de l'opposant Felix Tshisekedi à l'élection présidentielle, sans exprimer de doutes sur la validité des résultats contestés par un autre opposant.

"Ces élections ont eu lieu, c'est en soi une avancée majeure. Le peuple congolais a exprimé sans équivoque sa volonté de changement", a répondu Mme Mogherini, interrogée au cours d'une conférence de presse ponctuant une réunion ministérielle UE-Union africaine, à Bruxelles. "Il revient maintenant aux institutions de l'État de répondre aux attentes des citoyens", a-t-elle ajouté. L'élection de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a été validée par la Cour constitutionnelle dans la nuit de samedi à dimanche. Il succédera au président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 18 ans. Sa victoire est contestée par l'opposant Martin Fayulu, qui s'est déclaré vainqueur de cette élection à un tour avec 60% des voix, et accuse M. Tshisekedi d'être complice d'un "putsch électoral" orchestré par le président sortant. "Nous avons pris note de la proclamation par la Cour constitutionnelle", a affirmé Mme Mogherini, qui attendait la réunion de ce mardi pour coordonner sa position avec l'Union africaine. "La tâche qui incombe maintenant au nouveau président comporte des défis majeurs sur le plan sécuritaire, social, économique et de gouvernance. Tout ceci demande que le président soit un rassembleur, qu'il s'engage dans un dialogue à l'intérieur du pays ainsi qu'à l'étranger, dans la région en Afrique et avec les partenaires internationaux du pays, et qu'il construise un agenda partagé pour répondre aux aspirations politiques et économiques de la population", selon la Haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères. Et pour que l'UE puisse continuer à assurer un partenariat solide avec la RDC - "et surtout sa population" - , Mme Mogherini a souligné l'importance qu'elle puisse à nouveau disposer d'un ambassadeur. L'ambassadeur de l'UE en RDC, le diplomate belge Bart Ouvry, avait dû quitter le pays juste avant les élections du 30 décembre, sur ordre de Kinshasa, une mesure que Mme Mogherini avait qualifiée d'"arbitraire" et de "contre-productive". (Belga)

Vos commentaires