La Belgique accepte d'accueillir l'ex- président ivoirien Gbagbo, libéré par la CPI

La Belgique a annoncé samedi avoir accepté d'accueillir l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes contre l'humanité commis en 2010 et 2011 au cours des violences post-électorales en Côte d'Ivoire et libéré vendredi sous conditions.

"C'est une demande de la Cour d'accueillir M. Gbagbo, tout simplement parce qu'il a de la famille en Belgique: sa deuxième épouse, un enfant à Bruxelles. Nous avons estimé qu'il était normal qu'il puisse séjourner pour sa libération conditionnelle (…) en Belgique dans des conditions strictes", a expliqué à la télévision publique RTBF le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders.

Le ministre a précisé que les conditions du séjour en Belgique de M. Gbagbo seront discutées avec la CPI, notamment en ce qui concerne "la limitation" de ses déplacements.

"Il devra évidemment se présenter à tout moment à la Cour pénale et il y aura une surveillance", a souligné M. Reynders.

"Cela s'inscrit dans le cadre de notre soutien aux juridictions pénales internationales", avait expliqué dans la matinée un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Karl Lagatie.

M. Gbagbo, 73 ans, a été libéré vendredi par la CPI sous conditions, dont l'obligation de résider dans un Etat membre en attendant un éventuel procès en appel.

- "Machine diplomatique" -

Dans leur décision, les juges n'avaient pas précisé le pays qui accueillerait M. Gbagbo, ni si un retour de l'ancien président dans son pays, qui fait partie des Etats membres de la Cour, était envisageable.

Dans la soirée de vendredi, la CPI avait indiqué que MM. Gbagbo et Charles Blé Goudé, l'ex-chef du mouvement des Jeunes Patriotes dont la CPI a également décidé la libération, avaient quitté leur centre de détention à La Haye pour un lieu "transitoire" en attendant que leur destination finale soit déterminée.

Son avocat a déclaré samedi que M. Blé Goudé attendait toujours de trouver un pays d'accueil.

"Charles Blé Goudé se trouve à La Haye dans l'attente d'un pays d'accueil", a dit à l'AFP samedi Me Kouadio N'Dry Claver joint depuis Abidjan.

"M. Blé Goudé n'a fait aucune demande de liberté provisoire pendant sa détention, contrairement au président Gbagbo qui en avait 13 (...) Il faut laisser le temps à la machine diplomatique", a-t-il expliqué.

Vendredi matin, l'accusation avait déclaré être prête à accepter la mise en liberté de l'ancien président et de M. Blé Goudé à condition qu'il leur soit interdit de rentrer en Côte d'Ivoire.

Jugés pour des accusations de crimes contre l'humanité commis entre 2010 et 2011 en Côte d'Ivoire, MM. Gbagbo et Blé Goudé ont été acquittés le 15 janvier en première instance.

Depuis ce retentissant acquittement, le maintien en détention des deux hommes était au coeur des débats devant la CPI, la défense ayant demandé une mise en liberté immédiate et inconditionnelle.

- Sept ans de détention -

L'accusation craignait que MM. Gbagbo et Blé Goudé ne se présentent pas devant la Cour en cas d'appel, et souhaitaient que les deux hommes remettent leurs passeports et soient remis à la garde d'un pays proche des Pays-Bas.

L'accusation attend toujours que les juges communiquent leur décision écrite.

"Ce n’est qu’après un examen et une analyse approfondis de ces motifs que mon bureau va décider ou non d’interjeter appel", a déclaré vendredi la procureure de la CPI Fatou Bensouda.

En détention depuis plus de sept ans, Laurent Gbagbo était jugé pour des crimes commis pendant la crise de 2010-2011, née de son refus de céder le pouvoir à son rival, l'actuel président ivoirien Alassane Ouattara. Les violences avaient fait plus de 3.000 morts en cinq mois.

Il avait été arrêté en avril 2011 par les forces du président Ouattara, soutenues par l'ONU et la France. Il est le premier ancien chef d'État à avoir été remis directement à la CPI.

MM. Gbagbo et Blé Goudé étaient accusés de quatre chefs de crimes contre l'humanité: meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains, pour lesquels ils ont toujours plaidé non coupable.

A la majorité, les juges de première instance ont estimé que les preuves présentées par l'accusation étaient "exceptionnellement faibles". Un seul juge a exprimé une opinion dissidente.

L'acquittement de M. Gbagbo intervient à une période tendue en Côte d'Ivoire, à l'approche de la présidentielle de 2020: Alassane Ouattara n'a pas dévoilé ses intentions et la coalition formée avec Henri Konan Bédié, son ancien allié contre Gbagbo, a explosé.

Vos commentaires