En ce moment
 

La Californie s'inquiète des conditions de détention des migrants sur son sol

La Californie s'inquiète des conditions de détention des migrants sur son sol
Une unité du centre Theo Lacy à Orange (Californie), une prison du Comté où sont aussi incarcérés certains migrants arrêtés par la police de l'immigration fédérale, le 14 mars 2017Robyn Beck

Confinement jusqu'à 22 heures par jour, difficultés d'accès aux soins médicaux et à un avocat: un rapport du département de la Justice de Californie publié mardi a sonné l'alarme sur les conditions de détention des migrants placés dans certains centres de cet Etat américain.

Cet audit a été mené l'an dernier dans chacun des dix centres californiens où l'administration fédérale incarcère les immigrés soupçonnés d'être entrés ou de résider illégalement aux Etats-Unis et qui sont en attente d'une décision de justice.

L'audit a été rendu obligatoire par une loi votée en 2017 par la Californie, en réaction au durcissement de la politique migratoire du président Donald Trump.

"Nous sommes déterminés à assurer le bien-être de tout le monde en Californie, y compris ceux qui se trouvent dans des centres de détention pour des procédures liées à l'immigration", a lancé le procureur général de Californie, Xavier Becerra, en présentant le rapport.

Même si ces conditions "varient énormément d'un centre à l'autre", le département de la Justice a identifié des points communs qu'il juge problématiques: "des périodes prolongées de confinement ininterrompu, avec certains détenus gardés en cellule jusqu'à 22 heures par jour"; "une barrière de la langue significative, qui compromet le secret médical ou légal"; un accès difficile aux soins médicaux ou psychiatriques.

Plus globalement, les migrants détenus dans ces installations rencontrent des obstacles pour communiquer avec l'extérieur, qu'il s'agisse de leur famille ou d'un conseiller juridique. "Nombreux sont ceux qui doivent trouver par eux-mêmes leur chemin dans les méandres des lois sur l'immigration", déplore le rapport.

La police fédérale de l'immigration (ICE) a réagi dans un communiqué, affirmant veiller "à assurer le bien-être de tous ceux dont on lui a confié la garde et à les traiter de manière humaine et professionnelle". "Toutes les installations abritant des détenus de l'ICE sont soumis à des critères stricts" et à "des inspections régulières", ajoute-t-elle.

Au cours des trois dernières années, plus de 74.000 personnes, adultes ou mineures, ont été placées dans des centres de détention en Californie pour des motifs liés à l'immigration, indique le département de la Justice. Elles étaient âgées de 13 à 95 ans et provenaient de quelque 150 pays de tous les continents (France, Allemagne, Ghana, Haïti, Nouvelle-Zélande, Singapour, Mexique, etc.)

En moyenne, leur durée de détention dépassait 50 jours, et l'une d'entre elles a même été incarcérée pendant plus de quatre ans.

Vos commentaires