En ce moment
 

La Chine qualifie de "ridicules" les accusations de Mike Pence

Chine

(Belga) La Chine a jugé vendredi "injustifiées" et "ridicules" les accusations du vice-président américain Mike Pence selon lesquelles Pékin s'ingèrerait dans les élections aux Etats-Unis.

"Nous appelons les Etats-Unis à cesser leurs méfaits, à arrêter d'accuser sans fondement et de diffamer la Chine et de nuire aux intérêts de la Chine et aux relations sino-américaines", a déclaré dans un communiqué Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. Dans un discours cinglant, prononcé jeudi devant un cercle de réflexion conservateur de Washington, Mike Pence a accusé Pékin d'agression économique à coups de "vols" de technologies, d'agression militaire notamment en mer de Chine du Sud, de violations croissantes des droits de l'homme et, surtout, d'ingérence politique afin d'obtenir le départ du président américain Donald Trump. Le numéro deux du gouvernement des Etats-Unis "a lancé des accusations injustifiées contre la politique intérieure et étrangère de la Chine", qu'il a "diffamée en affirmant qu'elle s'ingère dans les affaires intérieures et dans l'élection américaine", a déclaré Hua Chunying. "Il ne s'agit de rien d'autre que de parler en se fondant sur des rumeurs, de confondre le vrai et le faux et de créer quelque chose sur du vent. La partie chinoise est fermement opposée à cela", a dit la porte-parole. Reprenant des accusations proférées par Donald Trump la semaine dernière au Conseil de sécurité de l'ONU, M. Pence a accusé Pékin d'avoir "lancé un effort sans précédent pour influencer l'opinion publique américaine, les élections" législatives de novembre "et l'environnement menant à l'élection présidentielle de 2020". Les relations entre les deux grandes puissances commerciales se sont détériorées ces dernières semaines, Donald Trump infligeant 250 milliards de dollars de taxes douanières sur des importations chinoises. "Il est tout à fait ridicule de la part des Etats-Unis de stigmatiser leurs échanges normaux et leur coopération avec la Chine comme étant une ingérence de la Chine", a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères. "La Chine obéit toujours au principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres et nous n'avons pas d'intérêt à nous immiscer dans les affaires intérieures et les élections des Etats-Unis", a-t-elle insisté. (Belga)

Vos commentaires