En ce moment
 

La coiffeuse d'Aretha Franklin pleure sa "source d'inspiration"

La coiffeuse d'Aretha Franklin pleure sa
Jacqueline Robinson, coiffeuse d'Aretha Franklin, dans son salon avec une cliente à Southfield, Michigan, près de Detroit, le 17 août 2018 TIMOTHY A. CLARY

Jacqueline Robinson a coiffé pendant des années la grande chanteuse Aretha Franklin. Grâce à la "Reine de la Soul", elle a côtoyé les stars de la communauté noire américaine, discuté avec Oprah Winfrey et dîné avec Stevie Wonder.

La coiffeuse, qui a été formée en Europe et possède un salon de coiffure près de Detroit (Michigan), a eu le coeur brisé lorsque sa célèbre cliente s'est éteinte jeudi à 76 ans des suites d'un cancer du pancréas.

"J'ai eu mal à la tête. J'ai eu mal à l'estomac. J'ai pleuré toute la journée", raconte Jacqueline Robinson à l'AFP. Pour se consoler, elle a écouté jusqu'à minuit les hommages à la chanteuse légendaire à la radio.

Tout commence à la fin des années 1990, lorsque Aretha Franklin téléphone pour la première fois à Jacqueline, pour lui demander de la coiffer. Lorsque la limousine de la diva se gare devant le salon, tout le quartier est épaté.

Mais la légende de la soul aux 18 Grammy Awards, les récompenses de l'industrie musicale américaine, considérée comme la plus grande chanteuse de tous les temps par le magazine Rolling Stone, ne fait pas de manières et prend un siège auprès des autres clientes.

"Elle s'asseyait devant le bac à shampooing comme tout le monde", raconte la coiffeuse, perchée sur son tabouret, vêtue d'une élégante tenue noire. "Elle ne jouait jamais à +Je suis Aretha+ ou +Qu'on me fiche la paix+. Jamais, jamais, jamais".

Jacqueline Robinson n'était pas la seule coiffeuse de la chanteuse américaine, loin de là, mais c'est elle qu'Aretha Franklin choisissait lorsqu'elle passait à la télévision, notamment chez la célèbre présentatrice Oprah Winfrey.

"Je pouvais l'entendre chanter dans la salle bain quand je voyageais avec elle", se souvient-elle. "Vous avez déjà entendu quelqu'un chanter et on dirait qu'il y a tout un orchestre? C'était ça, Aretha. Une voix magnifique".

"Elle aimait beaucoup que je la coiffe. Elle me disait: +Jacqueline vous êtes extraordinaire. Vous avez un don+".

- Dîner avec Stevie Wonder -

Les souvenirs affluent, comme les larmes d'Oprah Winfrey et de la diva R&B Mary J. Blige un jour en coulisses, après une interprétation par Aretha de l'hymne gospel "Amazing Grace". "Que de larmes! Elle était merveilleuse. Oprah pleurait. C'était extraordinaire".

Il y a eu aussi des moments d'hilarité, comme lors des BET Awards, organisés par la chaîne Black Entertainment Television pour récompenser les Afro-Américains et autres minorités dans divers domaines du divertissement.

Aretha demande alors à Jacqueline de coiffer ses tresses en un chignon qu'elle a l'intention de révéler de façon théâtrale en ôtant brusquement une perruque. Mais lorsqu'elle lance sa perruque sur scène, elle arrache du même geste une boucle d'oreille d'une valeur inestimable prêtée par un joailler de New York pour l'occasion.

Les producteurs interrompent brutalement le programme par un intermède de publicité et tout le monde se met à genoux pour rechercher la précieuse boucle d'oreille.

Ce jour-là, Stevie Wonder et Alicia Keys participent à la soirée, se souvient-elle. "Après, j'ai dîné avec tous ces gens. C'était magnifique."

- "Source d'inspiration" -

Pour Jacqueline Robinson, Aretha était "vraiment une source d'inspiration pour une femme noire américaine".

Son plus grand tube, "Respect", est devenu un hymne féministe et politique.

Dans les années 1970, Jacqueline devient la première femme noire à travailler dans un salon de coiffure de luxe à Detroit. Pendant un an, elle est assistante puis elle doit coiffer ses clientes dans une pièce séparée, à l'arrière du salon.

Deux coiffeuses menacent de démissionner si elle est embauchée. Elle leur prépare le café le matin et nettoie leur cendrier jusqu'à parvenir à obtenir une promotion et finalement monter son propre salon.

"Mademoiselle Franklin m'a beaucoup, beaucoup, beaucoup encouragée", dit-elle. "N'aie pas peur, il y a beaucoup de femmes qui vont te donner du travail", lui a dit Aretha.

"On était fières d'elle", conclut-elle. "Aretha a toujours été Aretha, toujours fière, toujours à chanter +J'aime Detroit+. Elle était une source d'inspiration pour nous toutes".

Vos commentaires