En ce moment
 
 

La condamnation du rappeur Meek Mill annulée, un nouveau procès en vue

La condamnation du rappeur Meek Mill annulée, un nouveau procès en vue
Meek Mill et Nicki Minaj à New York en août 2016angela weiss

La condamnation du rappeur Meek Mill pour détention de stupéfiants a été annulée mercredi par une cour d'appel de Pennsylvanie, ce qui ouvre la voie à un nouveau procès pour l'artiste devenu l'un des symboles des dysfonctionnements du système judiciaire américain.

C'est un nouvel épisode dans le parcours judiciaire sans fin de Robert Rihmeek Williams Mill, de son vrai nom, qui dure depuis 12 ans maintenant.

Interpellé en 2007 puis condamné l'année suivante pour possession d'armes et de stupéfiants, Meek Mill avait effectué six mois de détention avant de bénéficier d'une remise en liberté anticipée, assortie d'un contrôle judiciaire.

Il n'a plus commis de délit depuis mais, ayant violé les termes de son contrôle judiciaire, pour avoir quitté le comté sans autorisation et subi plusieurs contrôles positifs aux stupéfiants, il avait été de nouveau placé en détention en novembre 2017.

La magistrate qui traite son dossier depuis le début de la procédure l'avait ainsi condamné à une peine supplémentaire de deux ans d'emprisonnement minimum.

Le rappeur avait alors bénéficié d'un élan de sympathie et, après un recours, la Cour suprême de Pennsylvanie, a ordonné sa remise en liberté en avril 2018.

Dans un arrêt rendu mercredi, la cour supérieure de Pennsylvanie a annulé la condamnation initiale ainsi que la peine supplémentaire, ce qui ouvre la voie à un nouveau procès. Le procureur peut aussi décider d'abandonner les poursuites.

Les trois magistrats ont estimé nécessaire que le dossier soit désormais traité par un nouveau juge, la magistrate Genece Brinkley, qui avait suivi l'affaire de bout en bout, ayant été accusée de partialité.

La condamnation initiale avait également été ternie par le fait que le seul témoin, un officier de police de Philadelphie, a depuis démissionné. Une enquête interne a démontré qu'il avait menti et volé dans l'exercice de sa fonction.

En janvier, Meek Mill a annoncé le lancement, avec le rappeur Jay-Z, d'un mouvement pour réclamer une réforme du système judiciaire américain, dans lequel, selon eux, la prison occupe une place beaucoup trop importante et pénalise en particulier les Noirs.

La décision de justice rendue mercredi a correspondu à l'annonce par Meek Mill de la création d'un nouveau label, "Dream Chasers", en collaboration avec la maison de disques de Jay-Z, Roc Nation.

Vos commentaires