La demande de libération conditionnelle de Romand à nouveau examinée

La demande de libération conditionnelle de Romand à nouveau examinée
Jean-Claude Romand (c) arrive au tribunal de Bourg-en-Bresse, le 25 juin 1996PHILIPPE DESMAZES

La libération conditionnelle de Jean-Claude Romand, le faux médecin condamné à la prison à perpétuité pour l'assassinat de sa famille, est une nouvelle fois examinée jeudi après-midi à la prison de Saint-Maur, près de Châteauroux, où il est détenu.

Condamné en 1996 à la détention à perpétuité pour l'assassinat de sa femme, de leurs deux enfants et de ses parents, Romand a effectué la peine de sureté de 22 ans qui lui avait été imposée.

Sa demande avait été présentée le 20 novembre mais de "nouvelles pièces" communiquées par les services pénitentiaires ont retardé la décision, attendue le 11 janvier et on conduit à la nouvelle audience.

Selon son avocat, Me Jean-Louis Abad, ce report est dû à "une raison technique". Le dossier présenté jeudi par Romand est ainsi "consolidé", a-t-il dit à l'AFP mercredi.

Condamné en 1996 à la détention à perpétuité pour l'assassinat de sa femme, de leurs deux enfants et de ses parents, Romand a effectué la période de sureté de 22 ans qui lui avait été imposée.

En novembre, le ministère public avait demandé le rejet de la requête de libération, comme les parties civiles. Son avocat s'était pourtant montré confiant, estimant que le dossier présenté par son client était "solide" et "bien ficelé".

Vos commentaires