En ce moment
 

La justice équatorienne maintient son mandat d'arrêt contre l'ex-président Rafael Correa

(Belga) Le tribunal pénal de la cour nationale de justice équatorienne a rejeté l'appel de l'ex-président Rafael Correa contre l'émission d'un mandat d'arrêt le visant, selon le parquet général équatorien. La juge veut ainsi garantir la présence à Quito de l'ancien mandataire, qui réside actuellement en Belgique, durant son procès pour l'enlèvement du député d'opposition Fernando Balda.

Le tribunal confirme ainsi la mesure de détention préventive sollicitée par le ministère public et ordonnée par la juge Daniela Camacho le 4 juillet dernier. Rafael Correa ne s'était pas présenté le 2 juillet devant la cour mais s'était simplement rendu à l'ambassade d'Équateur à Bruxelles, où il vit depuis un an. Le ministère public avait brandi le risque de fuite de l'ex-président pour demander que cette mesure soit confirmée. Celui qui a gouverné le pays de 2007 à 2017 est accusé d'avoir séquestré en 2012 un opposant en Colombie. La défense de M. Correa argue que l'Équateur n'est pas compétent puisque le délit s'est produit hors de ses frontières. L'ex-président avait considéré l'ordonnance d'un mandat d'arrêt international à son encontre comme "une grave atteinte à la justice" et à ses droits. "Ils chercheront à nous humilier et à nous faire passer un mauvais moment mais une telle monstruosité ne s'imposera jamais dans un état de droit tel que la Belgique", avait-il alors réagi sur Twitter. (Belga)

Vos commentaires