En ce moment
 
 

La nouvelle mode des riches Pakistanais? Les lions de compagnie (photos)

La nouvelle mode des riches Pakistanais? Les lions de compagnie (photos)

Bilal Mansoor Khawaja ne masque pas sa fierté lorsqu'il caresse la crinière de son lion blanc, l'un des milliers d'animaux exotiques de son "zoo" personnel à Karachi au Pakistan, où un commerce florissant d'espèces sauvages approvisionne l'élite dorée. "Ce sont... (certains) des animaux les plus rares que je possède", se rengorge cet industriel de 29 ans, en tenant le félin en laisse.

karachi02

Importer des animaux exotiques est relativement aisé au Pakistan, la législation étant peu regardante en la matière, et une fois à l'intérieur du pays, il n'y a quasiment pas de réglementation. Ces dernières années, des centaines d'entre eux ont été transportés au Pakistan ou élevés sur place. Les grands félins, considérés comme des symboles de richesse et de puissance, ont particulièrement la cote.


Plus de 300 lions dans la ville !

Les réseaux sociaux fourmillent de vidéos de riches Karachites paradant avec des lions assis dans leurs 4X4 de luxe. Les journaux font parfois état de l'arrestation de certains d'entre eux.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.


Bilal Mansoor Khawaja estime qu'il y a jusqu'à 300 lions dans la seule ville de Karachi (sud), mégalopole portuaire d'environ 20 millions d'habitants réputée pour ses trafics multiples.

Dans cette cité chaotique à la chaleur étouffante, les félins sont gardés dans des jardins, à l'intérieur de cages sur des toits ou encore dans des fermes.

karachilions

L'industriel bientôt trentenaire confie posséder plus de 4.000 animaux de 800 espèces différentes, dont des zèbres, des flamants roses et des chevaux. Ils vivent pour partie dans une propriété de près de 4 hectares au beau milieu de la jungle urbaine. Parmi eux, une poignée de lions et de tigres, ses "joyaux de la couronne".

Sa collection n'est pas une question de statut ou de prestige, affirme-t-il, mais plus simplement une manifestation de son amour pour les animaux de compagnie. "Nous, les Pakistanais, nous avons un problème : là où notre coeur est doux, il est très doux. Quand il est dur, il est très dur", lance-t-il.


4 soigneurs s'occupent de son bestiaire

Plus de 30 personnes travaillent par roulement et quatre soignants se relaient pour s'occuper des bêtes, explique Bilal Mansoor Khawaja, qui confie dépenser un argent fou pour son zoo personnel, sans toutefois accepter d'en révéler le montant.

Mais qu'importe le budget, ou même les blessures, mineures, qu'il a accumulées au fil des ans: "Avec chaque blessure, mon amour pour ces animaux (...) grandit", sourit-il.

karachivendeur

Le marchand d'animaux exotiques Aleem Paracha (photo ci-dessus), qui prétend être l'un des trois premiers importateurs d'animaux exotiques à Karachi, affirme pouvoir livrer un lion blanc en 48 heures moyennant 1,4 million de roupies (environ 7.800 euros).

Des certificats des pays d'origine ainsi que des permis des autorités seront aussi fournis pour tout animal introduit au Pakistan, conformément à un traité international visant à protéger les espèces menacées, ajoute-t-il.

Des éleveurs, dont une trentaine basés à Karachi, peuvent également fournir des lions à tout moment, assure Aleem Paracha, selon qui "l'élevage de lions se porte très bien à Karachi".

La loi est silencieuse

Si les espèces indigènes sont relativement protégées au Pakistan, un certain flou entoure le sort des animaux importés. Et "la loi est silencieuse" sur l'élevage de fauves, regrette Javed Mahar, le chef du département de la faune de la province du Sindh, dont Karachi est la capitale.

Or "il y a beaucoup d'éleveurs privés et ils sont très louches", déplore Uzma Khan, conseillère technique pour l'ONG de protection de la nature WWF (Fonds mondial pour la nature).

Les contraintes sur les zoos privés sont infinitésimales, remarque-t-elle, alors même que les zoos publics sont réputés pour leur négligence et qu'aucune autorité n'est en charge de leur surveillance.

karachi03

S'ils sautent de 30 cm, ils se brisent les os

Certains propriétaires, comme Bilal Mansoor Khawaja, peuvent avoir les moyens et la passion pour fournir une alimentation saine à leurs animaux. Mais d'autres sont connus pour ne pas être à la hauteur.

Isma Gheewala, vétérinaire à Karachi, affirme avoir traité entre 100 et 150 gros félins dans sa clinique ces dernières années pour des déficiences en calcium.

"Leurs os deviennent extrêmement fragiles", explique-t-elle. "Et s'ils sautent d'à peine 30 centimètres de haut, ils se blesseront un os ou autre chose, et mettront du temps à s'en remettre."


Deux philosophies s'affrontent

Le propriétaire et le vendeur d'animaux exotiques rencontrés par l'AFP réfutent toutefois l'idée que retirer ces espèces de leur habitat naturel et les élever au Pakistan leur serait nuisible.

"Beaucoup d'animaux sont soit éteints, soit sur le point de l'être", soutient Bilal Mansoor Khawaja. "Je ne veux pas que les prochaines générations ne voient pas ces animaux."

Un argument qui fait bondir Uzma Khan, de WWF. "Un animal en captivité n'est pas ce qu'il est dans la nature", observe-t-elle. Et d'ajouter : "quel est l'intérêt d'avoir un animal qui ne chasse pas, qui est dans une cage sans montrer son comportement naturel ?"

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires