En ce moment
 
 

La police danoise déjoue un plan d'assassinat lié aux caricatures de Mahomet

 
 

La police danoise a déjoué un projet d'attentat contre l'un des douze dessinateurs du plus grand quotidien danois, Jyllands-Posten, qui avait publié en septembre 2005 des caricatures controversées du prophète Mahomet.

Trois personnes ont été arrêtées dans la nuit de lundi à mardi lors d'une opération menée par le service de renseignement de la police (PET) dans la région d'Aarhus (centre) en coopération avec la police de la localité pour "empêcher un meurtre lié au terrorisme", a annoncé le PET.

Le PET a précisé qu'il s'agissait d'un Danois d'origine marocaine et de deux ressortissants tunisiens.

La publication des dessins satiriques du prophète, jugés insultants par des musulmans, avait soulevé en février 2006 une tempête de protestations violentes dans différents pays musulmans contre le Danemark et le quotidien danois.

Les caricaturistes ont été placés pendant une longue période sous étroite surveillance policière afin de les protéger d'attentats éventuels d'islamistes en colère.

Ces arrestations ont choqué la rédaction du journal près d'Aarhus et les hommes politiques qui ont dénoncé vigoureusement ces plans d'attentat considérés comme une atteinte à la liberté d'expression, pierre angulaire de la démocratie danoise.

PET a "souhaité ne pas prendre des risques inutiles" intervenant "à une phase préliminaire pour faire avorter ces plans d'attentat" selon son directeur Jakob Scharf, notant que "cette opération doit avant tout être perçue comme une mesure préventive".

Selon Jyllands-Posten, le caricaturiste menacé est Kurt Westergaard, auteur de la caricature la plus controversée montrant la tête du prophète avec un turban en forme de bombe avec la mèche allumée.

Agé de 73 ans, M. Westergaard et son épouse Gitte, ont été pendant plus de trois mois sous une intense protection policière, devant changer plusieurs fois de domicile après la découverte de plans d'attentat contre eux.

"J'ai été contacté en novembre par la police qui m'a demandé de changer immédiatement d'adresse. Et j'ai déménagé plusieurs fois au Danemark et à l'étranger", a-t-il déclaré sur la chaîne de la télévision danoise TV2.

Le rédacteur en chef du journal, Carsten Juste, a estimé pour sa part "honteux qu'un homme qui fait bien son travail en conformité avec la législation danoise et l'éthique de la presse soit diabolisé et récompensé par des menaces concrètes de meurtre".

Ces plans d'attentat ont été condamnés vigoureusement par les députés de droite et de gauche du parlement ainsi que par le président de la Communauté islamique, la plus influente organisation musulmane dans le pays scandinave.

"Il y a la liberté d'expression au Danemark (...) et cela ne sert pas notre cause que certains veulent se faire autojustice", a déclaré le président de cette communauté, Kassem Ahmad, estimant que l'affaire des caricatures de Mahomet "close".

"Un attentat contre un caricaturiste danois est un attentat contre la démocratie danoise", a de son côté constaté la porte-parole du parti libéral au pouvoir, Inger Stoejberg, dans un communiqué.

"Nous devons condamner l'extrémisme et les forces antidémocratiques dans la société danoise", a-t-elle affirmé, observant que "le gouvernement va élaborer par conséquent un plan d'action contre l'extrémisme et le radicalisme".

Pour la dirigeante du parti social-démocrate Helle Thorning-Schmidt (opposition), "ces plans montrent malheureusement encore une fois que l'intégrisme islamique est parmi nous, basé sur une haine fondamentale de nos valeurs".


 




 

Vos commentaires