En ce moment
 

La Poste: le colis porte l'activité d'un groupe en "transformation"

La Poste: le colis porte l'activité d'un groupe en
La Poste a publié jeudi 22 février 2018 un bénéfice net en hausse de 0,3% à 851 millions d'euros en 2017LOIC VENANCE

La Poste a publié jeudi un bénéfice net en légère hausse de 0,3% en 2017, année marquée par la diversification de ses activités et le dynamisme du transport de colis qui compensent la baisse du courrier traditionnel.

Le chiffre d'affaires du groupe public a augmenté de 3,5% à 24,11 milliards d'euros, la croissance organique (à périmètre et taux de change constants) atteignant 2,5%, grâce notamment à la forte croissance du transport de colis, à une "bonne tenue" de la Banque Postale et à l'émergence des nouveaux services.

Le PDG Philippe Wahl s'est félicité de "bons résultats" qui sont "au service de la transformation de La Poste".

"On a une croissance du résultat d'exploitation, on a une croissance du résultat des sociétés mises en équivalence (les apports des filiales où La Poste est minoritaires, ndlr), et on a un impôt qui a significativement augmenté --non pas qu'il soit élevé, mais qui était plutôt faible l'année précédente--, donc ça donne un résultat net qui progresse un peu", a résumé à l'AFP le directeur financier, Yves Brassart.

Au total, le résultat d'exploitation du groupe est en hausse de 3,8% sur l'exercice, passant juste le milliard d'euros.

Concurrencé par les moyens électroniques, le courrier traditionnel poursuit son inexorable déclin. Si le courrier représentait "plus de 40%" du chiffre d'affaires en 2010, il devrait représenter "moins de 20%" d'ici 2020, estime M. Wahl. La baisse des volumes, de 6,8% l'an dernier, n'a été qu'à moitié compensée par l'augmentation des prix des timbres au 1er janvier (+3,2% en moyenne).

"D'ici 2020 nous allons perdre 1,5 milliard d'euros de chiffre d'affaires" à cause de la baisse du courrier, estime le PDG, pour qui "ce chiffre montre bien l'importance des efforts de transformation" de La Poste.

- Diversification -

La forte hausse des envois de Colissimo, la croissance de l'international et le développement des services de proximité permettent à la branche Services-Courrier-Colis d'afficher la première progression du chiffre d'affaires depuis 2009, de 0,6% à 11,424 milliards d'euros.

La croissance des volumes du colis en Europe et en France "soutient toutes nos activés logistiques" et "est à l'origine de la bonne performance de la branche Services-Courrier-Colis", a noté Philippe Wahl.

Le chiffre d'affaires de la branche GeoPost (colis rapide et express, en France et à l'international) a poursuivi sa forte croissance, porté par l'essor du commerce électronique: il a progressé de 10,5%, à 6,816 milliards. Le résultat d'exploitation a cependant baissé à 430 millions (-1,8%), pour cause de revalorisation de titres dans le cadre d'une acquisition en Russie en 2016.

"On voit émerger un pôle d'activité des services significatifs, puisqu'on en est maintenant à plus de 155 millions d'euros" de chiffre d'affaires, a relevé M. Brassart: il cite les nouvelles activités des facteurs --comme le passage du code de la route-- ou celles des filiales spécialisées dans la "silver économie", visant les séniors.

La Poste souhaite aussi "répondre aux besoins liés à la révolution numérique", notamment à travers son assistant personnel Digiposte+ ou sa nouvelle application pour les démarches d'immatriculation.

M. Wahl a aussi vanté la réponse de La Poste "aux besoins des zones de population rurales", à travers notamment des maisons de service public et la multiplication de "facteurs guichetiers", qui tiennent le bureau de poste l'après-midi après la distribution du courrier.

Paul-Marie Chavanne, président de GeoPost, a de son côté évoqué "plusieurs accords" avec la grande distribution pour le développement de services visant à "se mesurer à Amazon" à travers sa filiale de course urbaine urgente Suart.

La Banque Postale affiche pour sa part une hausse de 1,5% de son produit net bancaire (PNB), à 5,687 milliards d'euros. Et ce alors que "l'ensemble des banques de détail françaises connaissent une baisse de leur PNB", a souligné Yves Brassart. Son résultat d'exploitation est en hausse de 4,4%, à 870 millions.

Côté perspectives, Philippe Wahl a confirmé à l'AFP l'objectif d'un chiffre d'exploitation de 1,08 milliard d'euros pour 2020, se disant "assez confiant", même si "les cinq années qui viennent de s'achever étaient très difficiles".

Le directeur financier "table pour 2018 sur "une petite croissance du chiffre d'affaires et un résultat d'exploitation proche de celui de 2017", sans autre précision.

Vos commentaires