La ville de Fukushima retire la statue d'un enfant en combinaison anti-radiations

La ville de Fukushima retire la statue d'un enfant en combinaison anti-radiations
La statue géante de "Sun Child" installée à Fukushima, le 14 août 2018Handout

La ville japonaise de Fukushima a décidé, face aux critiques, de retirer la statue d'un enfant revêtu d'une combinaison de protection contre la radioactivité qui, selon ses détracteurs, nuisait à l'image de la région durement touchée par l'accident nucléaire de mars 2011.

"Il m'est apparu impossible de continuer à exposer une statue censée être +un symbole de reconstruction+ alors que les citoyens sont divisés à son propos", a expliqué le maire Hiroshi Kohata dans un communiqué, tout en s'excusant si elle a pu "blesser les sentiments de certains".

Cette oeuvre haute de plus de six mètres, placée début août près de la gare, sera "enlevée dès que possible". Il n'a pas encore été décidé ce qu'il adviendrait d'elle après.

Nommé "Sun child", le personnage porte un casque dans une main, signifiant que l'air est désormais sain, et un soleil dans l'autre, symbole d'espoir. Sur son torse, un écran affiche "000" pour souligner l'absence de radiations.

Des internautes ont jugée que la statue, "sinistre", n'aidait pas à restaurer la réputation de Fukushima.

La ville de Fukushima est le chef-lieu de la préfecture éponyme, qui abrite la centrale dévastée par un tsunami le 11 mars 2011.

L'accident nucléaire, le pire depuis Tchernobyl en avril 1986, a entraîné l'évacuation de centaines de milliers d'habitants, dont de nombreux ne reviendront jamais. Et sept ans après, les agriculteurs sont encore confrontés à la suspicion des consommateurs même si leurs produits sont soumis à de stricts contrôles de radioactivité.

L'artiste, Kenji Yanobe, avait expliqué avoir voulu transmettre un message positif en créant cet enfant aux grands yeux tournés vers le ciel. Sur son site internet, il a dit "regretter" la décision de retirer la statue, mais ne plus vouloir que son travail soit source de polémique.

Vos commentaires