En ce moment
 
 

Le Bol d'Or lance la saison 2019/2020 d'endurance moto

Le Bol d'Or lance la saison 2019/2020 d'endurance moto
Les pilotes du 83e Bol d'Or lors des essais libres, le 20 septembre 2019 au Castellet Boris HORVAT

Le célèbre Bol d'Or, sur le circuit du Castellet (Var) ce week-end, lance la saison 2019/2020 d'endurance moto qui va voir l'écurie française SRC Kawasaki défendre son titre face à ses adversaires habituels mais aussi au nouveau venu BMW.

Cette 83e édition du Bol d'Or est la première des deux épreuves de 24 heures inscrites au championnat EWC, avec les 24 Heures Motos sur le circuit Bugatti au Mans le weekend du 18-19 avril 2020.

Le championnat compte également les 8 Heures de Sepang (14 décembre), les 8 Heures d'Oschersleben (6 juin) et les 8 Heures de Suzuka (19 juillet).

Avec son équipage champion du monde composé des Français Erwan Nigon et Jérémy Guarnoni ainsi que l'Espagnol David Checa, le team SRC arbore désormais le N.1 sur sa Kawasaki.

Il retrouvera parmi ses principaux concurrents la Suzuki N.2 du SERT, confiée aux Français Vincent Philippe, Etienne Masson et au Britannique Gregg Black, qui avait échoué sur le fil à conquérir le titre lors des 8 Heures de Suzuka fin juillet en raison d'une casse moteur à 5 minutes de la fin.

L'emblématique "team manager" du SERT Dominique Méliand ayant pris sa retraite, c'est désormais Damien Saulnier qui préside aux destinées du Suzuki Endurance Racing Team, dont la création remonte à 1980 et qui a pour impressionnant palmarès 16 victoires au Bol d'Or, 10 victoires aux 24 Heures Motos et 15 titres de champion du monde.

La Suzuki N.2 n'a toutefois obtenu que le 6e temps des essais, la Yamaha N.7 du YART, confiée au Français Loris Baz, à l'Allemand Marvin Fritz et à l'Italien Niccolo Canepa, réalisant le meilleur temps devant la Kawasaki N.1 du SRC et la machine N.5 du TSR Honda France, pilotée par les Français Freddy Foray et Mike di Meglio épaulés par l'Australien Josh Hook, vainqueurs l'an dernier.

- A l'affiche mais pas sur la piste -

Pour Baz, c'est un retour à l'endurance après sa victoire au Bol d'Or en 2013, qui se courait à Magny-Cours, et quatre ans passés en MotoGP. Le Français court aussi cette année en championnat du monde de Superbike. "J'aime courir en endurance mais il n'est pas toujours facile de concilier les calendriers", souligne-t-il.

Il n'a pas pour autant perdu la main puisqu'il a réalisé le meilleur temps des qualifications en 1:53.408, les pilotes du YART étant les seuls à parvenir tous trois à tourner sous le cap des 1 minute 54 secondes.

Il faudra aussi compter sur une nouvelle équipe officielle dans le championnat: le BMW Motorrad World Endurance Team, avec une machine d'usine (la N.37) confiée à Kenny Foray -- le frère jumeau de Freddy --, accompagné de l'Ukrainien Ilya Mikhalchik et de l'Allemand Julian Puffe. Ils ont réalisé le 4e temps des essais qualificatifs.

A noter également la présence toujours en catégorie EWC d'une Ducati, celle engagée par le Hertrampf Racing Endurance, qui n'a réalisé que le 37e temps.

Parmi les absents, le Honda Endurance Racing Team britannique a annoncé brutalement fin août qu'il ne s'alignerait plus dans le championnat, privant de guidon les Français Randy de Puniet et Sébastien Gimbert (qui entendait profiter du Bol d'Or pour faire ses adieux à l'endurance après 25 ans dans la discipline). Ironie du sort, c'est cette machine portant le numéro 111 qui figure sur l'affiche officielle de cette édition.

Au total, ce sont 56 équipages qui prendront le départ de l'épreuve à 15h00 (13h00 GMT) samedi sur le circuit Paul Ricard, long de 5,673 km, par un temps qui s'annonce couvert avec des risques de pluie dimanche.

Vos commentaires