En ce moment
 
 

Le Brésil de Bolsonaro et les États-Unis de Trump pour une relation "transformée"

(Belga) Les États-Unis et le Brésil vont entretenir une "relation transformée", a déclaré mercredi à Brasilia le secrétaire d'État américain Mike Pompeo, au lendemain de l'investiture du président d'extrême droite pro-américain Jair Bolsonaro.

Le secrétaire d'État américain a déclaré que le Brésil "avait eu tendance à élire des présidents qui étaient des ennemis" des États-Unis mais que "désormais (Brasilia et Washington) étaient amis" et "se tenaient l'un aux côtés de l'autre". "Les États-Unis sont prêts à travailler à vos côtés" sur le plan économique "mais aussi de la sécurité", a-t-il ajouté. Il a également évoqué une "opportunité de travailler ensemble contre les régimes autoritaires", allusion à Cuba ou au Venezuela. "Nous cherchons des relations qui soient justes, réciproques, transparentes, pas sur le modèle utilisé par certains pays", a-t-il ajouté, dans une référence à la Chine, fustigeant ceux qui "veulent venir investir dans un pays non pas pour des raisons commerciales, mais politiques". Jair Bolsonaro avait pendant la campagne électorale critiqué la Chine, le premier partenaire commercial de Brasilia, qui selon lui veut "acheter le Brésil". Le président Trump "est très heureux que la relation bilatérale soit sur le point de se développer", a poursuivi Mike Pompeo. Cette relation sera "bénéfique pour (...) les valeurs que nous partageons et que pourrons promouvoir". Le nouveau président du Brésil a affiché un pro-américanisme sans faille, tandis que son ministre des Affaires étrangères avait écrit que "Trump pouvait sauver l'Occident" et a évoqué mercredi un "réalignement" de la diplomatie de Brasilia. La politique étrangère de Jair Bolsonaro ressemblera beaucoup à celle du locataire de la Maison blanche: rejet du multilatéralisme, des régimes étrangers de gauche, rapprochement avec Israël, critique de l'expansionnisme chinois ou climato-scepticisme. (Belga)

Vos commentaires