Le Canada lance un plan contre l'ingérence étrangère avant les législatives

(Belga) Le Canada a présenté mercredi sa stratégie contre les tentatives de manipulation par des entités étrangères des élections législatives organisées à l'automne, prévoyant une concertation accrue des agences de renseignement, une lutte contre la désinformation et une implication renforcée des réseaux sociaux.

Ces mesures sont nécessaires car "le Canada étant une société ouverte et démocratique, il constitue une cible attrayante pour les Etats étrangers hostiles, qui cherchent à corroder nos systèmes et nos institutions démocratiques", a fait valoir Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique, lors d'une conférence de presse. Il a pointé "les mensonges, la désinformation qui visent à induire en erreur la population, à déstabiliser l'économie ou la société, et à manipuler le processus démocratique". Ces stratagèmes sont soit menés "à l'ancienne" par des services de renseignement étrangers, selon des procédés classiques, ou de façon plus moderne, avec "les médias sociaux utilisés pour calomnier des élus, des +trolls+ et des +bots+ déployés pour attiser l'anxiété et même susciter l'hystérie sur des questions sensibles (avec) des fausses informations travesties en informations légitimes". Dans un récent discours, le ministre avait en particulier dénoncé les actions de la Russie, "un pays qui a bafoué à répétition la primauté du droit et les normes acceptables". Face à ces menaces, Ottawa a mis sur pied le Groupe de travail sur les menaces en matière de sécurité et de renseignement visant les élections (MSRE). Il est composé du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS, services de renseignement), de la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale), du Centre de la sécurité des télécommunications (CST) et du ministère des Affaires étrangères. Les médias sociaux seront également mis à contribution: la ministre des Institutions démocratiques Karina Gould a souligné "les attentes" d'Ottawa envers ces plateformes telles que Facebook ou Twitter, et les a notamment exhortées à "prendre des mesures concrètes pour aider à protéger les élections de cet automne". A ce chapitre, le gouvernement de Justin Trudeau a prévu une enveloppe de sept millions de dollars canadiens (4,6 millions d'euros) pour "aider les Canadiens à évaluer de manière critique les informations et les chroniques d'opinion (...) pour éviter d'être manipulés en ligne par des acteurs non identifiés", a annoncé Mme Gould. (Belga)

Vos commentaires