Le Canada renforce le contrôle biométrique des demandeurs de visa

(Belga) Le Canada a renforcé le contrôle biométrique de demandeurs de visa originaires de plusieurs régions du monde, qui doivent depuis mardi fournir leurs empreintes digitales, a annoncé le ministère de l'Immigration dans un communiqué.

A compter du 31 juillet, "tous les ressortissants de pays d'Europe, d'Afrique et du Moyen-Orient sont tenus de fournir leurs données biométriques (empreintes digitales et photo) s'ils présentent une demande de visa de visiteur, de permis de travail, de permis d'études ou de résidence permanente au Canada", a expliqué cette source. Cette mesure sera étendue aux visiteurs d'Asie et d'Amérique à la fin de l'année. En revanche, cette nouvelle exigence ne concerne pas les ressortissants de pays dispensés de l'obligation de visa lorsqu'ils viennent pour des raisons touristiques. Ils doivent simplement disposer d'une Autorisation de voyage électronique (AVE) valide, a précisé le ministère. Cette exemption de visa de tourisme concerne la plupart des pays européens et des pays avec lesquels le Canada entretient des relations étroites comme les Etats-Unis, Israël, le Japon, le Mexique, le Chili ou les Emirats arabes unis. Selon le ministère, le Canada recueillait déjà des données biométriques (empreintes digitales) de demandeurs d'asile depuis 1993 et de ressortissants de trente pays depuis 2013. "En élargissant notre programme de biométrie, nous facilitons l'entrée au Canada et protégeons l'intégrité de notre système d'immigration en établissant rapidement et avec précision l'identité d'un voyageur", a fait valoir Ahmed Hussen, ministre de l'Immigration, cité dans le communiqué. Pour le ministre de la Sécurité frontalière Bill Blair, cela "permettra de renforcer nos frontières et découragera ceux qui tentent de venir au Canada sous des prétextes fallacieux". Ces données biométriques ne devront être fournies qu'une fois tous les dix ans et les empreintes seront vérifiées dans les grands aéroports et d'autres points d'entrée. Ottawa a souligné que plus de 70 pays utilisaient d'ores et déjà la biométrie pour gérer leurs frontières: parmi eux, les partenaires du Groupe des cinq pour les migrations dont font partie le Canada, le Royaume-Uni, l'Australie, les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande, les 26 Etats de l'espace Schengen en Europe et d'autres pays comme le Japon ou l'Inde. Le ministère a précisé que le Canada pourrait partager les données recueillies avec ses partenaires du Groupe des cinq, en particulier les Etats-Unis. (Belga)

Vos commentaires