En ce moment
 
 

Le chef de l'EI appelle à "sauver" les djihadistes détenus et leurs familles

(Belga) Le chef du groupe Etat islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi, a appelé ses partisans à "sauver" les djihadistes détenus dans les prisons et leurs familles vivant dans des camps de déplacés notamment en Syrie et en Irak, dans un enregistrement diffusé lundi.

"Faites de votre mieux pour sauver (...) vos frères et vos soeurs (...) et forcer les murailles" des prisons, a martelé le chef de l'EI dans un long message diffusé sur l'organe de propagande du groupe djihadiste sur Telegram. "N'hésitez pas à les sauver en brisant leur siège par la force et à traquer leurs bouchers parmi les enquêteurs et les juges", a-t-il poursuivi. "Comment un musulman peut-il continuer de vivre alors que des femmes musulmanes croupissent dans les camps de la dispersion et les prisons de l'humiliation", a lancé M. Baghdadi, faisant référence à l'Irak, la Syrie et d'autres pays "aux quatre coins du monde". En Syrie, où l'EI a perdu en mars le dernier bout de son "califat" autoproclamé en 2014, des centaines de djihadistes présumés sont détenus par les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les combattants kurdes et fer de lance de la lutte anti-EI en Syrie. Selon les autorités kurdes, quelque 12.000 étrangers venant de 30 à 40 pays --4.000 femmes et 8.000 enfants-- sont en outre parqués dans les camps du nord-est de la Syrie qu'elles administrent. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a qualifié en juillet la situation d'"apocalyptique" dans ces camps. En Irak, où les autorités ont proclamé leur "victoire" contre l'EI en 2017, plus de 500 étrangers ont été condamnés depuis 2018 à des peines de prison ou à la peine de mort. Les autorités ne diffusent pas de données sur les prisons et les détenus mais certaines études estiment à 20.000 le nombre de personnes emprisonnées en Irak pour des liens présumés avec l'EI. En avril, l'EI avait diffusé une vidéo de propagande appelant ses partisans à continuer le combat. Le chef de l'EI y apparaissait pour la première fois depuis cinq ans. En dépit de la défaite territoriale de l'EI, des combattants djihadistes et des "cellules dormantes" sont encore disséminés dans plusieurs régions du pays. Selon un rapport du Pentagone, l'EI est en train de "ressurgir en Syrie". (Belga)

Vos commentaires