Le dictionnaire de l'Académie française fait peau neuve

Le dictionnaire de l'Académie française fait peau neuve
Vieillot le dictionnaire de l'Académie française? Que nenni! La vénérable institution s'est dotée jeudi d'un nouvel outil informatique, en accès libre et gratuit, qui donne accès à une version 2.0 deJEAN-PIERRE MULLER
Internet

Vieillot le dictionnaire de l'Académie française? Que nenni! La vénérable institution s'est dotée jeudi d'un nouvel outil informatique, en accès libre et gratuit, qui donne accès à une version 2.0 de son fameux dictionnaire.

Accessible sur le site www.dictionnaire-academie.fr, le nouveau portail numérique du dictionnaire de l'Académie française propose la neuvième édition (en cours) de son dictionnaire (jusqu'au mot "savoir") et l'intégralité de sa huitième édition (qui date de 1935).

Dès cet automne, les internautes pourront consulter toutes les éditions du dictionnaire (depuis celle de 1694) et le site sera régulièrement mis à jour.

Cette édition numérique "veut marquer une rupture, un jalon dans la longue et singulière histoire du dictionnaire de l'Académie et constitue un changement radical dans le mode de diffusion de notre dictionnaire", se félicite l'académicien Yves Pouliquen, membre la commission du dictionnaire et responsable du projet d'édition numérique du dictionnaire.

L'institution fondée par le cardinal de Richelieu en 1635 vise clairement les quelque 300 millions de locuteurs francophones.

"Ce projet c'est avant tout la mise à disposition gratuite du dictionnaire pour les 300 millions de francophones et pour tous les apprenants du français dispersés dans le monde", insiste M. Pouliquen.

Le nouveau portail du dictionnaire est accessible sur ordinateur mais aussi sur les portables et les tablettes.

Il donne la conjugaison de tous les verbes (à tous les temps et tous les modes), est doté d'un correcteur d'orthographe (on peut écrire "aupital" et obtenir "hôpital"), donne les informations sur les rectifications orthographiques (on peut écrire "chariot" ou "charriot", deux orthographes acceptées), fournit des notices sur l'usage ("dire, ne pas dire")...

"Les premières éditions (du dictionnaire) étaient, il faut le reconnaître, peu accessibles", a reconnu Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuel de l'Académie.

"Pour toucher le plus grand nombre il fallait changer nos modes de diffusion, le papier ne suffisait plus", a-t-elle ajouté en souhaitant que cet outil devienne "une nouvelle référence en matière de dictionnaires dans l'espace numérique francophone".

Vos commentaires