En ce moment
 

Le Français Michaël Blanc a quitté l'Indonésie après un long combat

(Belga) Le Français Michaël Blanc, arrêté à Bali en 1999 avec de la drogue et lourdement condamné en Indonésie, a quitté ce pays d'Asie du Sud-Est samedi soir pour revenir en France dimanche, au bout d'un combat acharné qui a duré près de 19 ans.

Ce cuisinier originaire de Haute-Savoie avait été arrêté en décembre 1999, à l'âge de 26 ans, à l'aéroport international de l'île touristique de Bali avec 3,8 kilos de haschisch dans des bouteilles de plongée. Il avait affirmé qu'un ami les lui avait confiées pour les transporter. Condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, Michaël Blanc a bénéficié d'une grâce présidentielle partielle en 2009 et vu sa peine commuée en 20 ans de prison. Après avoir obtenu une libération conditionnelle, il est sorti de prison en 2014 mais sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter l'Indonésie avant le 21 juillet. Agé aujourd'hui de 45 ans, le Français a été expulsé du pays comme le prévoit la législation indonésienne pour tous les étrangers une fois qu'ils ont purgé leur peine. Michaël Blanc est arrivé à l'aéroport Soekarno-Hatta de Jakarta escorté par trois agents de l'immigration, et accompagné par sa mère, Hélène Le Touzey, qui a beaucoup oeuvré pour sa libération. Les deux Français ont embarqué sur un vol de Turkish Airlines à destination d'Istanbul, où ils doivent faire une escale, et sont attendus à Paris dimanche vers 11H00 à l'aéroport Roissy, selon une source aéroportuaire. La lourdeur de la condamnation du Français dans un pays parmi les plus répressifs du monde contre le trafic de drogue avait été vivement critiquée en France. La médiatisation de sa situation a déclenché une importante mobilisation dans le pays, avec des pétitions signées par des personnalités et de nombreux anonymes. Mais c'est à sa mère, qui a tout abandonné - emploi, famille, pays - dès l'an 2000 pour venir à son secours, que Michaël Blanc doit son salut. Hélène Le Touzey s'est beaucoup impliquée, d'abord pour lui obtenir une réduction de peine, et ensuite pour le faire libérer. (Belga)

Vos commentaires