Le Hamas nomme un suspect dans l'attentat contre le Premier ministre palestinien

ISRAEL

(Belga) Le mouvement islamiste Hamas a nommé mercredi un suspect dans l'attentat à la bombe contre le convoi du Premier ministre palestinien, après avoir lui-même été accusé d'être impliqué dans cette attaque à Gaza.

Rami Hamdallah était sorti indemne de l'attentat contre son convoi le 13 mars lors d'une rare visite dans la bande de Gaza gouvernée par le Hamas, une attaque qualifiée par des responsables palestiniens de "tentative d'assassinat". Le ministère de l'Intérieur à Gaza a annoncé être à la recherche d'Anas Abou Koussa, né en 1993, le décrivant comme le principal suspect. Il n'a pas donné de précisions sur les possibles motivations d'une telle attaque contre le chef de gouvernement de l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas. Une source de sécurité du Hamas a affirmé que des enquêteurs avaient arrêté et étaient en train d'interroger trois personnes, dont deux membres des services de renseignement de l'Autorité palestinienne. Selon une autre source de sécurité, ce seraient des salafistes radicaux qui auraient posé la bombe. Lundi, le président Abbas avait accusé le Hamas d'être directement impliqué dans l'attentat, et annoncé de futures sanctions contre le mouvement islamiste. L'Autorité palestinienne, reconnue internationalement et censée préfigurer un Etat palestinien indépendant, a été évincée de force de la bande de Gaza en 2007 par le Hamas, ennemi d'Israël et infréquentable pour une partie de la communauté internationale. Une décennie de querelles désastreuses a ensuite opposé les organisations palestiniennes. L'Autorité palestinienne n'exerce plus ses prérogatives limitées que sur des fragments de Cisjordanie, occupée par Israël. Le Hamas a accepté en octobre de lui rétrocéder le pouvoir à Gaza, au moins civil. Mais le processus de réconciliation est à nouveau à l'agonie. (Belga)

Vos commentaires