Le hockey, la religion du Canada

Le hockey, la religion du Canada
Un arbitre du hockey sur glace photographié durant les Jeux olympiques de Pyeongchang le 18 février 2018 Brendan Smialowski

Avec plus de 600.000 licenciés, pour 37 millions d'habitants, le hockey sur glace est plus que le sport national du Canada, c'est une quasi-religion dans ce pays d'Amérique du Nord qui l'a vu naître.

Ce sport était en deuil samedi avec le décès la veille de 14 personnes dans un accident entre un camion et un car transportant l'équipe junior de la petite ville de Humboldt, dans la province de Saskatchewan (ouest).

"Les passionnés du hockey forment une famille unie ayant des racines dans presque toutes les villes du pays, petites et grandes. La ville de Humboldt ne fait pas exception. Aujourd'hui, c'est tout le pays et toute la communauté du hockey qui sont avec vous", a réagi dans un communiqué le Premier ministre canadien, Justin Trudeau.

Des patins, de la glace, un bâton et un palet: c'est à la fin du XIXe siècle que des Canadiens posent les bases de ce sport collectif.

D'abord improvisé sur des rivières ou des lacs gelés, le hockey gagne vers 1870 les premières patinoires intérieures de Québec et Montréal, et c'est dans cette ville qu'est organisé en 1875 le premier véritable match opposant deux équipes de neuf joueurs.

Les premiers clubs apparaissent rapidement et en 1892 Lord Stanley, le gouverneur général du Canada, représentant de la reine, a l'idée de remettre une coupe à la meilleure équipe.

Plus d'un siècle plus tard, c'est toujours la coupe Stanley qui est remise chaque année au vainqueur du championnat nord-américain de hockey (NHL).

Si ce sport s'est depuis internationalisé et s'est implanté en particulier aux Etats-Unis, en Russie ou encore en Scandinavie, il continue à occuper une place spéciale dans son berceau canadien.

Le hockey sur glace a été consacré officiellement sport national du Canada en 1994 et les matchs de NHL sont suivis par des millions d'adeptes et de supporters, de Vancouver à Toronto.

Selon une étude de la banque Scotia, plus de 150.000 Canadiens sont bénévoles dans une équipe amateur de hockey et, des grandes métropoles aux hameaux inuits de l'Arctique, le pays compte plus de 2.500 patinoires.

Cette passion est pour certains un véritable sacerdoce: des supporters de la capitale économique du Québec, le Canadien de Montréal, n'hésitent pas à monter à genoux les 300 marches d'une église surplombant la ville, priant pour la victoire de leur équipe, surnommée "la Sainte Flanelle".

Vos commentaires