En ce moment
 

Le Japon annonce un budget record pour sa défense

(Belga) Le budget de la défense japonaise va augmenter pour la nouvelle année fiscale et atteindre le chiffre record de 47 milliards de dollars, au moment où Tokyo veut renforcer sa défense antimissiles et déployer des avions furtifs pour faire face à la Chine.

Ces prévisions pour la défense figurent dans le budget national de 912 milliards de dollars prévu pour l'année fiscale débutant en avril 2019, approuvé par le cabinet du Premier ministre Shinzo Abe. Le gouvernement a décidé de consacrer 5.260 milliards de yens (47 milliards de dollars) pour la défense, le cinquième record consécutif, ont annoncé des responsables de la défense. Ces sommes couvriront notamment le coût de l'introduction du système américain d'interception de missiles Aegis, dans sa version basée à terre, ont indiqué ces responsables. Le budget couvre également l'acquisition de six chasseurs furtifs américains F-35A, et une autre partie sera consacrée aux premiers porte-avions japonais depuis la Seconde Guerre mondiale. Ce budget correspond à la partie initiale du nouveau plan quinquennal pour la défense annoncé mardi et qui constitue la dernière en date des mesures prises sous la direction du Premier ministre Abe pour renforcer la défense du Japon. Dans le cadre de ce plan qui va jusqu'à mars 2024, le Japon va modifier deux porte-hélicoptères existants pour qu'ils aient la capacité de lancer des avions. Le gouvernement Abe déclare que ces efforts sont nécessaires en raison de la montée des défis régionaux en termes de sécurité, citant les tensions avec la Corée du Nord et les "fortes préoccupations" suscitées par l'expansion de l'empreinte militaire de la Chine. Cette évolution japonaise est controversée, certains relevant qu'elle éloigne davantage Tokyo de son engagement à n'avoir que des capacités strictement défensives, inscrit dans la Constitution pacifiste adoptée par le Japon après la Seconde Guerre mondiale. Après que le plan quinquennal japonais a été rendu public mardi, Pékin a immédiatement exprimé son "profond mécontentement" et son "opposition" à ce programme, appelant Tokyo "à adhérer à une politique purement défensive". L'année dernière, la Chine a dévoilé son premier porte-avions de construction chinoise, à un moment où elle continue d'affirmer ses nombreuses revendications territoriales en mer de Chine du Sud. Le premier porte-avions chinois, le Liao Ning, entré en service dans la marine chinoise en 2012, est un ancien porte-avions soviétique construit il y a près de 30 ans. (Belga)

Vos commentaires