En ce moment
 
 

Le pape accorde un sursis à Barbarin, qui se met en retrait pour "tourner une page"

Enfants

Le pape François a accordé un répit au cardinal Philippe Barbarin en refusant sa démission dans l'attente de son procès en appel, mais le prélat français s'est mis en retrait de la direction du diocèse de Lyon pour "tourner une page".

Dans la foulée de sa condamnation début mars à six mois de prison avec sursis pour non dénonciation des abus sexuels d'un prêtre de son diocèse, Mgr Barbarin avait présenté lundi sa démission au pape, mais ce dernier, "invoquant la présomption d’innocence, n’a pas voulu accepter cette démission", a annoncé le primat des Gaules dans un communiqué.

Réputé proche de Mgr Barbarin, le pape argentin a longtemps pris personnellement la défense du cardinal français. Lorsque l'affaire lyonnaise avait éclaté en 2016, il avait déjà rejeté une première offre de démission, jugeant qu'elle serait "un contresens, une imprudence", avant l'issue de son procès.

François Devaux, cofondateur de l'association de victimes La Parole libérée à l'origine du procès Barbarin, juge ce nouveau soutien papal comme "l'erreur de trop".

"Je crois que cet homme-là (le pape) va réussir à tuer l'Eglise (...). Cela montre à quel point on a raison et que le problème est intrinsèque au dogme", a-t-il déclaré à l'AFP.

"C'était une chance historique pour l'Eglise...", a aussi regretté dans un tweet François Ozon, dont le film "Grâce à Dieu" raconte le combat de l'association.

Philippe Barbarin reste donc pour l'heure archevêque de Lyon, même s'il a annoncé se mettre "en retrait pour quelque temps", laissant "la conduite du diocèse au vicaire général modérateur, le père Yves Baumgarten".

Cette décision, précise-t-il, a été prise sur "suggestion" du pape "et parce que l’Église de Lyon souffre" depuis qu'a éclaté voici trois ans le scandale de pédophilie du diocèse de Lyon.

"Après ce jugement, cette condamnation, et même s'il n'y avait pas eu de condamnation, je pense qu'il est bon qu'une page soit tournée", a ensuite déclaré le prélat dans un entretien à la chaîne de télévision catholique KTO.

Mais, interrogé sur la durée de cette prise de distance, il a répondu: "Je n'en sais rien, ça dépend si le procès en appel est très long ou ne dure que quelques mois".

- Le dilemme justice/diocèse -

Un temps évoquée au Vatican, la nomination d'un administrateur apostolique à Lyon a finalement été écartée, et la Conférence des évêques de France (CEF), dans une prise de distance singulière, s'est dite, avec ce faux départ, "étonnée" d'une situation "inédite".

Le président de la CEF, Mgr Georges Pontier, a toutefois expliqué comprendre que ce choix résulte du "conflit entre deux exigences", celle de "respecter le cheminement de la justice" et celle de "se préoccuper du bien du diocèse de Lyon".

Un autre porte-parole de La Parole libérée, Pierre-Emmanuel Germain-Thill, a jugé la décision "choquante", faisant valoir que la condamnation de Mgr Barbarin en première instance, "ce n'est pas pour rien".

Archevêque de Lyon depuis 2002, cardinal depuis 2003, primat des Gaules (titre honorifique conféré à l'archevêque de Lyon depuis le XIe siècle), Mgr Barbarin est considéré à 68 ans comme le plus haut dignitaire de l'Eglise de France.

A l'issue d'un procès devenu symbole de la crise de l'Eglise face aux actes pédophiles, il a été condamné le 7 mars à six mois de prison avec sursis pour ne pas avoir dénoncé à la justice les agressions pédophiles imputées par des scouts au père Bernard Preynat dans les années 1980/1990 et dont il avait été informé par une victime en 2014.

Le cardinal a martelé durant le procès n'avoir "jamais cherché à cacher, encore moins à couvrir ces faits horribles". Mais le jugement considère qu'il a choisi de ne rien dire aux autorités françaises "pour préserver l'institution" de l'Eglise, empêchant ainsi "la découverte de très nombreuses victimes d'abus sexuels par la justice".

Ses avocats ont fait appel et il faudra donc attendre l'issue de ce deuxième procès, espéré cette année par ces derniers.

Avant Mgr Barbarin, deux évêques ont été condamnés pour des faits similaires en 2001 et 2018.

Choisi pour diriger le diocèse au quotidien, Yves Baumgarten a été ordonné prêtre à Lyon sur le tard, à 39 ans. Ce Mâconnais de 54 ans, ancien inspecteur du Trésor public, a notamment été vicaire à Roanne et curé d'une paroisse de Balbigny (Loire) avant d'être nommé vicaire général à Lyon en 2014.

Vos commentaires