Le piratage contre le parti démocrate américain n'était qu'un simple test

(Belga) Le parti démocrate américain a annoncé jeudi que le piratage de son immense base de données d'électeurs n'était en fait qu'un test conduit sans les prévenir par un tiers parti extérieur, écartant l'hypothèse d'une cyberattaque.

"Nous sommes extrêmement soulagés qu'il ne s'agisse pas d'une tentative d'intrusion menée par un adversaire étranger mais ces faits démontrent encore une fois que nous devons être vigilants", écrit le responsable de la sécurité informatique du parti, Bob Lord, dans un communiqué. A moins de trois mois d'élections législatives, l'annonce mercredi que des pirates avaient tenté d'accéder à une base de données recensant des millions d'électeurs potentiels avait rappelé l'offensive du renseignement russe contre les démocrates pendant la présidentielle de 2016. L'entreprise Lookout avait cette fois détecté "une tentative de phishing", ou hameçonnage, contre une base de données, appelée "VoteBuilder", gérée par NGP VAN, l'une des principales entreprises du secteur. Une page imitant celle où les utilisateurs doivent entrer leur identifiant et mot de passe avait été découverte. "Nos partenaires qui avaient signalé le site et nous-mêmes estimons désormais qu'il a été construit par un tiers dans le cadre d'un test mené sur VoteBuilder", explique Bob Lord. "Le parti a pris les précautions nécessaires pour s'assurer que les données sensibles essentielles pour les candidats et les partis dans chaque Etat du pays ne soient pas corrompues". Le procureur spécial chargé de l'enquête sur une ingérence du Kremlin dans la présidentielle américaine de 2016 a inculpé en juillet douze agents du renseignement russe pour avoir piraté les ordinateurs du parti démocrate pendant la campagne de Hillary Clinton contre le républicain Donald Trump. (Belga)

Vos commentaires