Le plus haut diplomate nord-coréen en Italie a demandé l'asile (média sud-coréen)

Le plus haut diplomate nord-coréen en Italie a demandé l'asile (média sud-coréen)
Le cas de Jo Song Gil constitue un casse-tête pour les autorités italiennes qui, néanmoins, "le protègent dans un endroit sûr", selon une source diplomatique à SéoulLILLIAN SUWANRUMPHA

Le plus haut diplomate nord-coréen en Italie a demandé l'asile dans un pays occidental, rapporte jeudi le quotidien sud-coréen JoongAng Ilbo, ce qui constituerait une importante défection pour le régime de Pyongyang.

Jo Song Gil, ambassadeur de Corée du Nord par intérim en Italie, a demandé l'asile, pour lui et sa famille, auprès d'un pays occidental non identifié, précise le journal en citant des sources diplomatiques à Séoul.

"Il a demandé l'asile au début du mois dernier", affirme une de ces sources citées par le quotidien.

Son cas constitue selon cette source un casse-tête pour les autorités italiennes qui, néanmoins, "le protègent dans un endroit sûr".

Il s'agirait le cas échéant d'une défection très importante qui ne serait pas sans rappeler celle en 2016 de l'ancien numéro deux de l'ambassade de Corée du Nord en Grande-Bretagne, Thae Yong-Ho, l'un des plus hauts diplomates de Corée du Nord à avoir fait défection ces dernières années.

M. Jo, 48 ans, assurait l'intérim depuis octobre 2017, quand l'Italie avait demandé à l'ambassadeur désigné de Corée du Nord, Mun Jong-Nam, qui n'était pas encore totalement accrédité, de quitter le pays, en protestation contre les lancements de missiles et les essais nucléaires menés par Pyongyang.

M. Jo est "connu comme étant le fils, ou un gendre d'un des plus hauts responsables du régime de Pyongyang", précise le JoongAng en citant un expert non identifié.

La plupart des diplomates nord-coréens doivent généralement laisser au pays des membres de leur famille, souvent des enfants, pour les décourager de faire défection une fois en poste à l'étranger.

M. Jo était cependant arrivé à Rome en mai 2015 avec sa femme et ses enfants, ce qui laisse penser qu'il pourrait être originaire d'une famille privilégiée, indique le quotidien, en relevant que les raisons précises de sa défection ne sont pas connues.

Au moment de sa défection, M. Thae l'avait en partie justifiée par sa volonté d'offrir un meilleur avenir à ses trois enfants, alors qu'il venait d'être rappelé en Corée du Nord.

Vos commentaires