En ce moment
 
 

Le prince William et Kate encouragent l'éducation des filles au Pakistan

A découvrir

Le prince William et son épouse Kate ont marqué leur attachement à l'éducation des femmes mardi en faisant de la visite d'une école de filles à Islamabad, première étape de leur tournée au Pakistan, un pays profondément patriarcal.

"L'éducation de la prochaine génération pakistanaise sera la clé qui fera de la croissance démographique du pays un moteur de croissance et permettra de libérer l'énorme potentiel du pays", a assuré William lors d'une cérémonie organisée mardi soir en leur honneur.

"Vous pouvez compter sur nous pour continuer à jouer un rôle important comme partenaire clé et ami", a-t-il ajouté, insistant sur les "liens uniques" entre les deux pays. Le Pakistan faisait jusqu'en 1947 partie de l'Inde, colonie britannique.

Chaque année, ce pays à la fécondité élevée gagne trois à quatre millions d'habitants, sans parvenir à les intégrer ensuite dans le système scolaire.

Dans la matinée, le couple s'est assis aux côtés de jeunes élèves apprenant les mathématiques, dont l'uniforme bleu rappelait la couleur du shalwar kameez, l'habit traditionnel pakistanais avec pantalon ample et tunique, que portait alors Kate.

Le duc et la duchesse de Cambridge ont aidé des écolières à résoudre certains problèmes mathématiques, a raconté Khadija Bakhtiar, directrice d'une ONG promouvant l'éducation.

"Tous deux voulaient leur parler de manière naturelle (...) donc c'était très bien", a poursuivi Mme Bakhtiar, qui a assisté aux échanges.

Près de 23 millions d'enfants sont privés d'école au Pakistan, selon des chiffres de l'Unicef. Les filles sont particulièrement laissées de côté dans ce pays musulman conservateur et patriarcal.

Moins de la moitié des femmes pakistanaises savaient lire et écrire en 2015, quand 71% des hommes sont alphabétisés, selon des chiffres du ministère des Finances.

William et Kate ont passé environ une demi-heure dans l'école de filles, un établissement public qui compte quelque 1.000 élèves, de l'école primaire au lycée.

Une vidéo tweetée par un reporter britannique montre William tout sourire alors que des fillettes lui disent être de "grandes fans" de sa mère, la princesse Diana, décédée en 1997 à Paris dans un accident de voiture.

"C'est très gentil à vous", leur répond-il. "J'étais aussi un grand fan de ma mère."

- Images de Diana -

L'image de Diana s'est de fait imposée mardi. Le couple princier a ensuite rendu visite au Premier ministre pakistanais Imran Khan, qui était proche d'elle.

Un temps basé à Londres, Imran Khan, ancien champion de cricket puis opposant politique, a connu William alors que celui-ci était enfant.

Le duc et la duchesse de Cambridge ont donc été reçus à la résidence du Premier ministre dans une ambiance résolument détendue. Plusieurs photos officielles les montrent souriants alors qu'ils devisent avec un Imran Khan visiblement à l'aise.

La princesse Diana s'était rendue à deux reprises en visite privée au Pakistan pour l'aider à collecter des fonds pour un hôpital de cancérologie à Lahore, dans l'est du pays, après un premier voyage officiel en 1991.

Les médias pakistanais ont diffusé simultanément des images de Diana avec Imran Khan.

William et Kate ont déjeuné avec le Premier ministre avant que celui-ci ne parte mardi pour Ryad, où il veut jouer un rôle de facilitateur entre l'Arabie saoudite et l'Iran, alors que les tensions sont au plus haut dans le Golfe.

William et Kate ont aussi rencontré le président pakistanais Arif Alvi.

Le programme du couple princier au Pakistan est tenu secret. La sécurité est renforcée pour la première visite d'un membre de la famille royale britannique depuis 2006, quand Charles, le père de William, s'était rendu dans le pays, accompagné de son épouse Camilla.

En plus d'Islamabad, William et Kate devraient se rendre à Lahore, l'ancienne capitale de l'empire moghol - qui régna sur l'Asie du Sud entre les XVIe et XIXe siècles -, au riche patrimoine architectural et religieux.

Le couple est aussi attendu dans les montagnes verdoyantes du nord ainsi que près de la frontière avec l'Afghanistan, dans l'ouest, selon l'ambassadeur britannique au Pakistan, Thomas Drew.

Vos commentaires