En ce moment
 
 

Le prix Rafto attribué à deux militants indiens des droits de l'Homme

Le prix Rafto attribué à deux militants indiens des droits de l'Homme

(Belga) Le prix Rafto des droits de l'homme a été attribué jeudi à deux militants indiens, Parveena Ahangar et Imroz Parvez, pour leur lutte de longue haleine contre les violences au Cachemire, a annoncé la Fondation norvégienne qui remet la récompense.

Surnommée la "dame de fer du Cachemire", Parveena Ahangar a créé et dirige l'Association des parents des personnes disparues après que son fils de 17 ans eut lui-même été kidnappé par les forces de sécurité en 1990. Elle n'a depuis jamais su ce qu'il était devenu. Son colauréat, l'avocat Imroz Parvez, a quant à lui fondé une organisation qui promeut les droits de l'homme et la non-violence (JKCCS), laquelle a notamment documenté le recours des autorités à la torture dans l'État du Jammu-et-Cachemire. Ces deux personnalités "sont depuis longtemps au premier rang dans la lutte contre les abus de pouvoir arbitraires dans une région d'Inde qui a subi une escalade de violences, la militarisation et des tensions internationales", a noté la Fondation Rafto dans ses attendus. "Leur campagne de longue haleine pour mettre en lumière les violations des droits de l'homme, promouvoir le dialogue et rechercher des solutions pacifiques au conflit insoluble du Cachemire a inspiré les nouvelles générations à travers les différentes communautés", a-t-elle ajouté. Le prix doté de 20.000 dollars sera formellement remis à Bergen (ouest de la Norvège) le 5 novembre. Divisé depuis 1947 entre l'Inde et le Pakistan, le Cachemire est l'une des zones les plus militarisées au monde, marquée par une longue série de conflits. Les deux puissances nucléaires rivales revendiquent l'intégralité de cette région montagneuse riche en eau, et se sont affrontées par deux fois à ce sujet. Depuis 1989, des rebelles séparatistes musulmans se battent au Cachemire indien. L'insurrection séparatiste, récupérée par la suite par des groupes islamistes armés, a fait plusieurs dizaines de milliers de morts, en majorité des civils. Entre 8.000 et 10.000 personnes ont disparu depuis le début de l'escalade dans les années 1980, selon la Fondation Rafto. Le prix Rafto, du nom de l'historien et militant des droits de l'homme norvégien Thorolf Rafto, compte parmi ses anciens lauréats quatre personnalités (Aung San Suu Kyi, José Ramos-Horta, Kim Dae-Jung et Shirin Ebadi) qui ont ensuite remporté le prix Nobel de la paix, également décerné en Norvège. (Belga)

Vos commentaires