En ce moment
 
 

Le procès de la Belgo-Nicaraguayenne Amaya Coppens à nouveau postposé

(Belga) Amaya Coppens, incarcérée au Nicaragua depuis plus de cinq mois, ne sera pas jugée le 28 février mais le 1er avril, a appris vendredi la famille de cette jeune belgo-nicaraguayenne membre d'un mouvement étudiant opposé au régime de Daniel Ortega. Auparavant, mardi prochain, des manifestations "pour la libération des prisonniers politiques et la démocratisation" du Nicaragua auront lieu devant les ambassades du pays, notamment en Belgique.

Ces manifestations sont organisées par la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH), dont la ligue membre au Nicaragua, le CENIDH, a été interdite tout comme huit autres ONG de défense des droits humains. Jeudi, le président du Nicaragua Daniel Ortega a annoncé des "négociations" avec l'opposition, qui exige sa démission, pour tenter de mettre fin à la crise politique. Mais, jusqu'ici, "en dépit des efforts et dénonciations publiques des organisations nicaraguayennes et de la communauté internationale, le Nicaragua continue de connaître les mêmes niveaux de violence, de peur et de terreur. Les acteurs de la société civile nicaraguayenne s'exprimant de moins en moins en raison des représailles qu'ils endurent, la couverture médiatique et la prise de conscience internationale ont diminué", déplore la FIDH. En Belgique, la manifestation est prévue mardi de 12h30 à 14h devant l'ambassade située à Uccle. Les participants auront une pensée particulière pour Amaya Coppens, qui fait partie des quelque 700 opposants jetés en prison lors des manifestations du printemps 2018 contre le pouvoir en place. Le procès de l'étudiante en médecine a été postposé au 1er avril. Son affaire va être regroupée avec les dossiers de cinq autres jeunes, expliquent plusieurs médias locaux. Une audience pour joindre les causes est prévue le 5 mars et une audience préparatoire le 27 mars, a précisé sa famille. (Belga)

Vos commentaires