En ce moment
 
 

Le remplaçant de Barbarin face à la catharsis des catholiques lyonnais

Le remplaçant de Barbarin face à la catharsis des catholiques lyonnais
Le Père Yves Baumgarten (G), le président de l'association "La Parole Libérée", Francois Devaux (c) et le metteur en scène François Ozon (D)lors d'un débat le 6 avril 2019 à LyonJEFF PACHOUD
Enfants

"C'est vrai qu'il y a du boulot". Le vicaire général Yves Baumgarten, qui gère le diocèse de Lyon depuis la prise de recul du cardinal Barbarin, a fait face tant bien que mal samedi à un feu nourri de questions lors d'un débat inédit.

Organisée dans la salle comble d'un cinéma du cossu VIe arrondissement, cette discussion souvent exaltée a été précédée de la projection du film "Grâce à Dieu", qui narre le combat de l'association "La parole libérée" à l'initiative du procès Barbarin.

"On sent que l'Eglise catholique française s'empare du film", salue d'ailleurs en préambule son réalisateur François Ozon, venu à la demande du diocèse pour ce premier débat sur les silences dans l'Eglise en présence d'un haut-responsable ecclésial.

Dès sa première intervention, le père Baumgarten affiche sa contrition, apparemment sans mesurer à quel point le public, majoritairement catholique, a surtout soif de réponses.

"On n'a pas su faire, être à côté de ceux qui nous attendaient", admet-il au sujet des agressions pédophiles du prêtre lyonnais Bernard Preynat, à l'origine de l'affaire Barbarin, expliquant que pour lui la vision du film avait été "une expérience redoutable intérieurement".

Pour le prélat, l'enjeu pour l'Eglise est "de mieux connaître le fait pour mieux réagir", mais François Devaux, co-fondateur de "La parole libérée" installé à ses côtés, l'interrompt rapidement.

"Excusez-moi mais on sait que Preynat est déviant depuis 50 ans. Le droit canon, républicain, l'évangile, la morale n'ont pas été respectés". Visiblement remonté, il aborde ensuite la question de l'indemnisation des victimes.

"J'y suis personnellement très favorable", répond le père Baumgarten", les bras croisés.

"Mais qu'est-ce qui vous en empêche maintenant", reprend M. Devaux.

- "C'est compliqué".

- "Vous dites toujours ça!"

- "C'est une décision qui doit être prise au niveau de la Conférence des évêques de France".

-"Quand?"

-"Je ne peux pas vous le dire"

- "C'est un peu court"

Le prélat commence à peine à répondre quand M. Devaux lui reprend le micro, excédé: "On est dans le foutage de gueule, la compassion et la prière ne vont pas suffire", prévient-il sous une salve d'applaudissements.

- "S'en sortir par le haut" -

C'est maintenant au tour de l'assemblée d'intervenir. Majoritairement grisonnant, ce public semble sous le coup de la projection et des derniers développements de l'affaire Barbarin, qui empoisonne leur vie diocésaine depuis trois ans.

"J'ai été touché par le jugement (de Barbarin, condamné début mars à six mois de prison avec sursis pour non dénonciation d'agression sexuelle sur mineur, ndlr) parce que je ne comprenais pas. Mais je comprends encore moins qu'il fasse appel. Il doit assumer sa part de martyre pour en sortir par le haut", tonne un catholique pratiquant sexagénaire.

"C'est pour aller au bout de la justice", justifie le père Baumgarten. "Barbarin pense que son jugement ne correspond pas à son analyse des faits", mais il "a aussi assumé en donnant sa démission". Une démission refusée par le pape, avant une "prise de recul" annoncée par le cardinal.

"Barbarin est trop orgueilleux et imbu de sa personne. Aujourd'hui il devrait être parti", rétorque au micro un septuagénaire pratiquant. Silence de Baumgarten.

Tour à tour, plusieurs intervenants catholiques l'interpellent. Un père de famille demande "quelles actions concrètes sont prises pour ne plus faire passer l'Eglise comme victime", un autre demande la "fin de l'omerta" et une grand-mère presse l'Eglise de France de "réagir tout de suite".

Anne-Marie, infirmière catholique confie son malaise pendant une scène du film montrant une tentative de conciliation d'une bénévole du diocèse entre le père Preynat et une de ses victimes.

"Je ne comprends pas comment on peut demander à des victimes de pardonner ça", confie-t-elle.

"Et vous êtes catholique?", l'interpelle soudain un quadragénaire du premier rang.

"Un mot ne suffit pas, le pardon est un chemin qui doit être très long, sinon ce n'est pas vrai", tempère le père Baumgarten.

Un peu plus tôt "M. Clément" jugeait quant à lui "dommage que l'Eglise doive venir devant les tribunaux païens". "Je ne sens pas la tolérance dans vos paroles", lui rétorquait François Devaux.

"Je pense que la prise de conscience est faite, maintenant il faut s'organiser et faire bouger les choses, c'est leur boulot", a enfin commenté François Ozon après deux heures de débat.

Sollicité par l'AFP, le père Baumgarten n'a lui pas voulu s'exprimer davantage. "Merci mais ça va là, c'était déjà assez chaud ce soir", a-t-il confié, visiblement remué.

Vos commentaires