En ce moment
 
 

Le secrétaire d'Etat américain en Arabie saoudite pour des entretiens sur l'Iran

Le secrétaire d'Etat américain en Arabie saoudite pour des entretiens sur l'Iran
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo s'adresse aux médias à la base aérienne d'Andrews, près de Washington, le 23 juin 2019 avant de s'envoler pour Jeddah en Arabie saoudite pour des consulatioJacquelyn Martin

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo est arrivé lundi en Arabie saoudite pour des consultations sur les tensions entre son pays et l'Iran.

M. Pompeo doit rencontrer dans la ville portuaire de Jeddah, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, le roi Salmane et le puissant prince héritier Mohammed ben Salmane, avant de se rendre aux Emirats arabes unis, selon des responsables américains.

Les dirigeants saoudiens et émiratis soutiennent la fermeté de l'administration du président américain Donald Trump à l'égard de Téhéran.

"Nous allons parler de la manière de nous assurer que nous sommes tous sur la même ligne ainsi que de la manière de mettre en place une coalition mondiale" sur l'Iran, a-t-il déclaré à des journalistes peu avant de quitter Washington.

M. Pompeo a précisé qu'il se rendrait dans les deux pays, "deux grands alliés dans le défi que représente l'Iran", sur son chemin vers l'Inde, où il entame une visite mardi.

L'Iran a abattu jeudi un drone militaire américain, affirmant que l'appareil avait violé son espace aérien.

Les Etats-Unis assurent qu'il a été abattu dans l'espace aérien international et le président américain a dit avoir annulé in extremis des frappes de représailles contre des cibles iraniennes, prévues vendredi.

La visite de M. Pompeo en Arabie saoudite a lieu en dépit de la controverse aux Etats-Unis au sujet des liens de l'administration Trump avec Mohammed ben Salmane, considéré par la CIA et de nombreux élus à Washington comme le commanditaire du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat de son pays à Istanbul l'année dernière.

Mike Pompeo a invoqué vendredi "l'agression iranienne" pour justifier des ventes d'armes controversées à l'Arabie saoudite par une procédure d'"urgence" qui contourne l'avis du Congrès.

Ces contrats, qui concernent également les Emirats et la Jordanie pour un montant total d'environ 8,1 milliards de dollars, vont "soutenir nos alliés, renforcer la stabilité du Moyen-Orient et aider ces nations à faire de la dissuasion et à se défendre de la République islamique d'Iran", a affirmé M. Pompeo dans un communiqué, promettant de n'avoir recours qu'une seule fois à cette procédure d'urgence.

Vos commentaires