En ce moment
 

Le syndicat américain de la mode réclame plus de rondes sur les podiums

Le syndicat américain de la mode réclame plus de rondes sur les podiums
La mannequin Candice Huffine lors du défilé Prabal Gurung à New York en septembre 2018Cindy Ord
Mode

Le syndicat américain de la mode (CFDA) a appelé designers et maisons de couture à faire défiler davantage de femmes aux mensurations différentes, mentionnant des mannequins rondes comme Ashley Graham ou Candice Huffine.

"Nous commençons à voir des signes qui montrent que la mode bouge dans la bonne direction", ont écrit Marc Karimzadeh et Nicky Campbell, respectivement responsable de la communication et chargé de communication, sur le site du Council of Fashion Designers of America (CFDA).

"Des créateurs comme Michael Kors et Christian Siriano travaillent avec des mannequins qui font entorse à la tradition", ont-ils poursuivi, en référence à la préférence du monde de la mode pour la minceur et la sacro-sainte taille "zéro", l'équivalent d'un 34 français.

Ils mentionnent Ashley Graham (taille 48), Candice Huffine (44) et Paloma Elsesser (44-46), toutes trois qualifiées de mannequins "plus-size" ou de grande taille, alors que 68% des femmes américaines se situent au-delà du 44 (selon une étude publiée en 2018 par le cabinet Plunkett Research).

"L'approche positive du corps est importante dans la mode et nous voulons voir plus de designers et de maisons y adhérer en 2019", ont écrit Marc Karimzadeh et Nicky Campbell.

Le prêt-à-porter haut de gamme et, a fortiori, la haute couture, ont longtemps ignoré totalement, voire méprisé, les femmes avec des formes.

Un mouvement a néanmoins été amorcé début 2017 lors de la semaine de la mode de New York, avec les défilés de Prabal Gurung, Christian Siriano et Michael Kors.

La tendance s'est depuis confirmée, même si elle reste très minoritaire sur les podiums.

En septembre, le CFDA a lancé avec la marque Dia&Co, qui se revendique comme "plus-size", une campagne intitulée #TeeUpChange pour encourager une plus grande diversité des tailles auprès des jeunes créateurs.

Début 2018, le syndicat avait également mis en avant la marque Universal Standard, qui offre notamment d'échanger un vêtement lors de l'année qui suit son achat si la taille de la cliente a changé entre temps.

"L'an dernier, nous avons mis davantage l'accent sur la diversité des tailles" avec ces collaborations, "et cela va rester un sujet d'attention pour nous", a déclaré Marc Karimzadeh à l'AFP.

Vos commentaires