En ce moment
 

"Quoiqu'il arrive, les enfants meurent": la face la plus dramatique de la crise au Venezuela

Le Venezuela connait actuellement une crise économique et politique et la famine menace à présent le pays. L'aide humanitaire est maintenue hors du pays par le président Maduro.

Le fils de Madame Hernandez, Samuel, ne pèse que 3,6 Kg. À un an, il s'agit d'un stade de dénutrition très sévère. Sa maman garde espoir malgré tout.

"Mon mari n'avait pas d'emploi. Il en a un maintenant. Dieu merci. Et j'ai besoin de l'aide de ma famille tous les jours", raconte Gleiny Hernandez. La dénutrition des enfants est la face la plus douloureuse de la crise au Venezuela.

Selon Daniela Olmos, la présidente de l'association Kapuy, au moins 78% des enfants sont à situation de risque de dénutrition. Il n'y a presque plus de nourriture dans le pays. Et l'inflation a fait grimper le prix d'une simple bouteille de lait à 70.000 bolivars, soit 3 fois le salaire minimum.

"J'aimerais aider tout le monde mais ce n'est pas possible. C'est pourquoi nous avons besoin d'aide humanitaire. Quoiqu'il arrive les enfants meurent. C'est très triste", raconte Daniela Olmos.


"Comment en sommes-nous arrivés là ?"

Dans cet hôpital, on reçoit un enfant malnutrition tous les jours. C'était deux ou trois par an maximum il y a quelques années encore.

"Comment en sommes-nous arrivés là ? Il y a l'effondrement de l'industrie nationale, les expropriations, le manque de devises étrangères. Nous n'avons plus de produits dans les rayons et les produits importés sont pratiquement impossibles à acheter avec le salaire de base d'une famille", témoigne Huniades Urbina, docteur et président de la société vénézuélienne de protection de l'enfance et de pédiatrie. 


Les populations les plus pauvres sont les plus touchées. Un bébé sur trois est en situation d'urgence nutritionnelle au Venezuela. Et les rares aides qui parviennent jusqu'aux hôpitaux, comme du lait, des couches ou des habits sont envoyés par des Vénézuéliens depuis l'étranger, sensibilisés par les réseaux sociaux.

Vos commentaires