Le "yearbook", menace de déraillement de carrière en Amérique

education

Au fond de tiroirs rarement ouverts ou de cartons oubliés dans les greniers se trouvent des bombes à retardement pour les Américains ayant choisi une carrière publique: leurs albums de promotion scolaires, au ton souvent potache, voire pire.

Un de ces fameux "yearbooks" menace de coûter son poste au gouverneur démocrate de Virginie, Ralph Northam. Un autre a manqué de faire dérailler l'entrée à la Cour suprême des Etats-Unis du juge conservateur Brett Kavanaugh, nommé par Donald Trump.

Ces deux recueils illustrés remontent aux années 1980: M. Northam était étudiant en médecine en Virginie, et M. Kavanaugh était lycéen dans une banlieue cossue de Washington. Une époque pré-Facebook, où régnaient cartes postales et téléphones à cadran.

D'où la force de témoignage des "yearbooks", ces albums de souvenirs compilant photos de classe, récits marquants de l'année achevée, voyages scolaires, faits d'armes des "frats" --les confréries étudiantes-- ou encore performances des équipes sportives.

Souvent, les élèves y disposent d'une page personnelle. Ils s'y affichent en couple, avec leurs meilleurs amis, y publient de la poésie, des dédicaces, des anecdotes. Les photos sont parfois sages façon CV ou témoignent des bringues rythmant la jeunesse.

- Blouse blanche... cagoule idem -

Le "yearbook" de 1984 de l'Eastern Virginia Medical School, dont est sorti diplômé Ralph Northam, inclut évidemment des internes en blouse blanche, adeptes de plaisanteries de salle de garde.

Mais on y voit aussi quelques tuniques blanches et chapeaux pointus, une référence univoque au Ku Klux Klan. Sur la page de M. Northam, un cliché montre une personne vêtue de cette tenue illustrant les heures les plus sombres de la ségrégation raciale, à côté d'une autre grimée en Noir.

Après avoir reconnu figurer sur cette photo surgie d'un passé lointain et s'être excusé, le gouverneur a finalement nié y apparaître. Des ténors politiques, y compris démocrates comme Hillary Clinton ou Joe Biden, le poussent à démissionner, mais l'élu s'accrochait toujours vendredi à son siège.

Plusieurs universités américaines ont lancé cette semaine des enquêtes après l'émergence dans de vieux "yearbooks" de photos de "blackface" et autres caricatures stéréotypées de Noirs.

L'Université du Maryland a condamné ces clichés en jugeant qu'ils pouvaient "choquer", voire "traumatiser". Une photo d'étudiants en robes du Ku Klux Klan a été qualifiée de "répugnante" par le président de l'université de Richmond, Ronald Crutcher.

Choisi pour siéger à la plus haute juridiction américaine, Brett Kavanaugh a, lui, été accusé en septembre d'une agression sexuelle sur une adolescente de 15 ans, quand il en avait 17.

Du coup, le "yearbook" de son lycée catholique pour garçons de Bethesda, commune huppée près de la capitale fédérale, a été scruté à la loupe.

Il témoigne des beuveries de ces lycéens privilégiés, de leurs moqueries visant des filles soi-disant faciles. Le jeune Brett s'y vante de pouvoir descendre "100 fûts" de bière et blague sur le thème des flatulences.

Cet album a conforté les détracteurs du juge, convaincus qu'il s'est rendu coupable de comportements déplacés à l'égard de ses camarades féminines. Mais au terme d'une féroce bataille qui a divisé le pays, Brett Kavanaugh est finalement entré à la Cour suprême.

Il a rejoint huit autres sages, dont Sonia Sotomayor. La magistrate avait elle-même été critiquée lors de son processus de confirmation pour avoir cité dans le yearbook de son université de Princeton un homme politique socialiste, Norman Thomas.

L'exhumation de ces albums jaunis par les décennies passées soulève des questions légitimes: existe-t-il un droit à l'oubli des erreurs de jeunesse? Une personne à 18 ans est-elle la même qu'à 55 ans?

- Racisme historique -

Un comportement aujourd'hui stigmatisé pouvait jadis apparaître moins connoté, souligne Philip Cohen, professeur de sociologie à l'Université du Maryland.

Les lycéens des années 1980 "ont des parents nés dans les années 1940 et 1950, l'époque de la ségrégation", explique-t-il à l'AFP.

"En dehors des universités noires historiques, aucun Noir n'a présidé de grande université avant 1995. En 1980, la Chambre des représentants n'avait que 4% de Noirs et il n'y avait aucun sénateur noir. La moitié des adultes se sont opposés en 1983 au nouveau jour férié fédéral en hommage à Martin Luther King".

Le professeur Cohen insiste donc sur l'évolution de "l'admissibilité d'attitudes racistes".

"Si les +yearbooks+ offraient l'occasion aux gens d'afficher leur côté comique, il n'est pas surprenant du tout que cela ait pu inclure ce genre d'étalage raciste aujourd'hui révélé de façon publique. Le changement entre hier et maintenant, c'est qu'on peut forcer un responsable politique à démissionner pour racisme. C'est un progrès", estime-t-il.

Vos commentaires