En ce moment
 

Les astronautes russe et américains prêts à partir jeudi vers l'ISS

Les astronautes russe et américains prêts à partir jeudi vers l'ISS
espace, Russie

(Belga) Les astronautes qui n'ont pas pu partir vers la Station spatiale internationale (ISS) en raison de l'échec d'un lancement en octobre se sont dits confiants mercredi à propos de leur départ prévu pour jeudi, en dépit de dysfonctionnements mineurs de dernière minute.

Les astronautes américains Christina Koch et Nick Hague et le cosmonaute russe Alexeï Ovtchinine doivent être envoyés dans l'espace à partir du cosmodrome russe de Baïkonour dans le Kazakhstan, cinq mois après que les deux hommes eurent été contraints à un atterrissage d'urgence après un accident survenu sur la fusée Soyouz. Le commandant de bord Alexeï Ovtchinine a souligné que le vaisseau Soyouz qui doit les acheminer vers la Station spatiale internationale était prêt au lancement sur le site du cosmodrome de Baïkonour mais que des pièces defectueuses avaient dû être remplacées mardi. "Je suis au courant de cette situation", a ajouté Alexeï Ovtchinine, s'adressant à la presse. "Hier, ils ont trouvé quelques dysfonctionnements mineurs (...) Il n'y a pas de problèmes", a-t-il souligné, précisant que les derniers tests avaient été effectués. Nick Hague, dont ce sera la deuxième tentative de partir pour l'espace pour la première fois, après le vol avorté d'octobre, s'est déclaré "à 100% confiant dans la fusée et le vaisseau spatial". L'échec de la mission d'octobre "m'a aidé à clarifier la raison pour laquelle nous faisons ce que nous faisons et (la question de savoir) si les risques (que nous prenons) valent la peine. Pour moi, c'est très clair" que ça en vaut la peine, a confié l'astronaute âgé de 43 ans. Alexeï Ovtchinine, qui a passé six mois à bord de l'ISS au cours d'une mission précédente en 2016, a aussi relativisé l'impact du retour sur terre précipité d'octobre. Le lancement raté a été "une petite déception" après des préparatifs de la mission qui ont duré un an et demi, mais il a aussi représenté "une expérience intéressante et nécessaire" qui a permis de tester la solidité du programme de préparation aux vols spatiaux, a expliqué le cosmonaute russe, âgé de 47 ans. Depuis la mission avortée, un vol habité à destination de l'ISS s'est déroulé avec succès en décembre. Oleg Kononenko de l'agence spatiale russe Roscosmos, Anne McClain de la NASA et David Saint-Jacques de l'Agence canadienne spatiale doivent y accueillir leurs nouveaux co-équipiers vendredi matin après l'arrimage. (Belga)

Vos commentaires