En ce moment
 
 

Les clients d'un resto de plage en Turquie choqués par les prix EXORBITANTS: 48 euros le kebab

Les clients d'un resto de plage en Turquie choqués par les prix EXORBITANTS: 48 euros le kebab
© Isopix & Twitter
 

Les clients d'un restaurant de plage qui se trouve à Bodrum en Turquie ont immortalisé l'addition surréaliste qu'ils ont reçu. A cause de la crise du coronavirus, certains établissements situés sur des plages privées ou des hôtels de luxe tentent de s'en sortir en augmentant les tarifs. Mais les clients ont vu rouge lorsqu'ils ont dû débourser 48 euros pour un döner kebab, 24 euros pour un pain pita et 7,90 euros pour un café, relate le Daily News.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Dans la majorité des restaurants de Bodrum, un döner kebab coûte moins de 3 euros. Suite à la polémique, Ahmet Aras , le maire de Bodrum, a donné une conférence de presse dimanche.

S'adressant aux journalistes, il a déclaré que Bodrum dépendait du tourisme pour ses revenus et qu'il était donc "responsable de prendre ce qu'il peut dans la poche des touristes jusqu'au dernier centime", écrit le Daily Sabah.

"Je me fiche que quelqu'un veuille payer un prix élevé pour un döner kebab. Ils peuvent payer 100 000 TL (12927 euros) s'ils le veulent. Mais il y a aussi des endroits qui vendent du döner à 20 TL (environ 2,5 euros) ici. Les entreprises d'ici sont déjà touchées par la pandémie de COVID-19. Elles ne peuvent pas joindre les deux bouts", a déclaré Aras, avant d'ajouter : "Bien sûr, cela ne signifie pas qu'ils doivent surfacturer leurs clients".

Le maire a souligné que Bodrum accueillait certaines des personnes les plus riches du monde, des magnats aux rois, et que ces invités s'attendaient à une "qualité de service supérieure". "Vous n'êtes pas obligé de vous rendre dans cet établissement, mais ils ont certainement des clients qui paieront un tel prix. Si Bodrum propose des produits moins chers, les touristes qui dépensent habituellement de l'argent ici, le dépenseront plutôt ailleurs - à Santorin ou à Ibiza, par exemple", a-t-il précisé.

 

Vos commentaires