En ce moment
 
 

Les démocrates annoncent l'ouverture d'une enquête en vue d'une destitution de Trump

Les démocrates annoncent l'ouverture d'une enquête en vue d'une destitution de Trump

(Belga) La cheffe des démocrates à la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi a annoncé mardi l'ouverture d'une enquête en vue de la destitution de Donald Trump. Le président américain est soupçonné d'avoir demandé au président ukrainien d'enquêter sur son rival politique Joe Biden.

"Les actes du président jusqu'à ce jour ont violé la Constitution", a accusé Nancy Pelosi lors d'une déclaration retransmise par les médias américains. "Aujourd'hui, j'annonce que la Chambre des représentants ouvre une enquête officielle en vue d'une procédure de destitution", a-t-elle annoncé. "Le président doit être tenu responsable, personne n'est au-dessus des lois", a-t-elle ajouté. Elle a également déclaré que le directeur par intérim des services de renseignements devait déposer la plainte du lanceur d'alerte pour jeudi, ajoutant que retenir la plainte constituait une "violation de la loi". Les actes du président ont "gravement violé la constitution", selon Nancy Pelosi, qui a encore accusé le président de menacer la sécurité nationale. Sur un plan pratique, elle a demandé aux six commissions de la chambre basse qui enquêtent déjà sur le président républicain de se placer dans le cadre de cette procédure. Concrètement, cela signifie que, si elles rassemblent suffisamment d'éléments à charges, elles pourront rédiger des articles de mise en accusation, qui seront soumis au vote en séance plénière. La procédure de destitution engagée par les démocrates a toutefois peu de chances d'aboutir à la destitution du président américain du fait de la majorité républicaine au Sénat. Les démocrates disposant d'une majorité à la Chambre, le président Trump court un risque conséquent d'être mis en accusation, "impeached" en anglais, ce qui n'est arrivé qu'à deux de ses prédécesseurs dans toute l'histoire des Etats-Unis. Il sera toutefois jugé par le Sénat, toujours contrôlé par les républicains. Seul un vote à la majorité des deux tiers pourrait aboutir à sa destitution, ce qui parait à ce stade peu probable. Donald Trump a rapidement réagi après la déclaration de Pelosi, dénonçant depuis New York une "chasse aux sorcières de caniveau". Les conséquences de ces grandes manœuvres sur la campagne présidentielle de 2020 sont imprévisibles. Donald Trump a jugé mardi qu'elles allaient avoir un effet "positif" pour lui. (Belga)

Vos commentaires