Les Etats-Unis commencent à renvoyer au Mexique des migrants demandant l'asile

(Belga) Les Etats-Unis ont commencé à renvoyer au Mexique des migrants demandant l'asile pendant l'examen de leur dossier par la justice américaine, a annoncé mardi l'ambassade américaine à Mexico.

"A partir d'aujourd'hui, les Etats-Unis ont commencé à appliquer les Protocoles de protection des migrants. (...) Cette action est une réponse à la crise de migration illégale à laquelle les Etats-Unis sont confrontés à leur frontière sud", a écrit l'ambassade dans un communiqué. Elle rappelle qu'en vertu de ces protocoles des migrants entrés illégalement "pourront être renvoyés au Mexique pendant la durée de leur procédure migratoire". Un premier migrant, Katarlo Gomez Cardomo, arrivé en provenance du Honduras, a été reconduit mardi du côté mexicain de la frontière, a constaté un journaliste de l'AFP à Tijuana, une ville du nord-ouest qui jouxte San Diego, en Californie. Il a été pris en charge par les autorités migratoires mexicaines qui l'ont conduit dans un refuge. Le gouvernement mexicain avait déclaré la semaine dernière qu'il "désapprouvait" cette mesure unilatérale des États-Unis, mais qu'il accueillerait ces migrants pour des raisons "humanitaires". Annoncé en décembre, le plan "Rester au Mexique" du président américain Donald Trump a été vivement critiqué des deux côtés de la frontière. La nouvelle politique "est non seulement illégale, mais pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour ceux qui souhaitent accéder à la procédure d'asile aux États-Unis, un droit inscrit dans le droit national et international", a souligné auprès de l'AFP Katie Shepherd, une avocate au sein de l'association d'aide juridique aux immigrés American immigration council. Les migrants sont par ailleurs exposés à toutes sortes de violences dans les zones frontalières côté mexicain, rappelle cette avocate. Le président américain a provisoirement renoncé la semaine dernière au financement de son mur à la frontière mexicaine, censé stopper l'immigration illégale provenant du sud, pour pouvoir sortir du "shutdown", la plus longue paralysie de l'administration fédérale de l'histoire des États-Unis. (Belga)

Vos commentaires