En ce moment
 

Les forces US et afghanes responsables de 90 pc des victimes civiles, selon les talibans

(Belga) Les talibans tiennent les forces américaines et afghanes responsables de près de 90% des victimes civiles du conflit en 2018, dans un rapport rendu public vendredi suggérant que les insurgés n'ont pas fait un mort ni un blessé l'an passé.

Ces statistiques, balayées comme de la "propagande" par l'opération de l'Otan Resolute support, font suite à une année sanglante en Afghanistan, qui pourrait avoir dépassé la Syrie comme le conflit le plus meurtrier au monde. Publiées chaque année et basées selon les talibans sur les dires de "témoins et de sources directes", elles font état de 4.170 victimes civiles - 2.294 morts et 1.876 blessés - l'an passé, dont 3.705 imputées aux troupes américaines et aux forces loyales au gouvernement de Kaboul, qualifié de "laquais" de Washington. Le reste, soit 465 victimes, a été causé par l'Etat islamique et d'autres entités "inconnues", selon les insurgés. Les talibans continuent à "infliger de graves dommages aux civils afghans", a réagi Resolute support, rejetant le rapport. "Ces derniers mois, (ils) ont perpétré de nombreuses atrocités à l'encontre de leurs compatriotes", a rappelé la mission de l'Otan. D'après un rapport de la Mission onusienne en Afghanistan (Manua) publié en octobre, les talibans sont responsables d'environ la moitié des pertes civiles sur les neuf premiers mois de 2018. L'ONU devrait publier son décompte annuel le mois prochain. Le rapport des talibans omet un certain nombre d'attaques majeures visant délibérément des civils et revendiquées par ce groupe. Parmi celles-ci, une ambulance piégée qui avait explosé dans une rue bondée de Kaboul en janvier dernier, faisant plus de 100 morts et des centaines de blessés. Les talibans avaient également mené quelques jours plus tôt un raid sanglant contre un hôtel de luxe de la capitale afghane, tuant au moins 25 personnes. Ils sont également tenus responsables d'une attaque le jour de Noël contre un complexe gouvernemental à Kaboul dans laquelle au moins 43 personnes avaient péri, pour la plupart des civils. Les initiatives diplomatiques se multiplient pour faire participer les talibans à des négociations de paix, 17 ans après l'arrivée d'une coalition internationale menée par les Etats-Unis en Afghanistan qui les avait chassés du pouvoir. Fin décembre, un responsable américain avait déclaré que 7.000 des 14.000 soldats américains présents en Afghanistan devraient quitter le pays "d'ici les prochains mois", alors que les insurgés tuent un nombre record de soldats et policiers afghans. (Belga)

Vos commentaires