Les "Gilets jaunes" dopent l'audience des radios généralistes, sauf celle d'Europe 1

Les

L'actualité liée au mouvement des gilets jaunes a dopé l'audience des radios généralistes, France Inter signant même un record et comblant l'écart avec le leader RTL en fin d'année, mais cela n'a pas suffi à remonter les scores d'Europe 1 qui enregistre un nouveau plus bas.

"La période d'enquête a été marquée par une actualité exceptionnelle avec les manifestations des gilets jaunes et leurs conséquences. Ce contexte a eu un impact notable sur l'écoute de la radio avec une vague atypique sur les formats musicaux", relève Médiamétrie dans un communiqué.

En novembre et décembre, RTL est toujours sur la première marche du podium, avec 12% d'audience cumulée (-0,1 point sur un an) et 13,4% de part d'audience (+0,3 point).

"RTL marque un record historique et absolu pour la radio en France en part d'audience, avec 13,4% de pda, c'est une performance exceptionnelle et la preuve que les gens apprécient vraiment nos programmes et les écoutent dans la durée", s'est félicité le patron de la radio Christopher Baldelli. Il note que "toutes les tranches d'information sont en progression".

En deuxième place, France Inter signe son record d'audience avec 11,9% d'audience cumulée (+0,6 point), soit plus de 6,4 millions d'auditeurs quotidiens.

Les autres radios du service public ne sont pas en reste : France Info enregistre son meilleur score en 11 ans, avec 9% d'audience (+0,5 point) tandis que France Culture gagne des auditeurs (2,5%) et que France Musique bat son record (2%). Seule France Bleu recule (-0,2 point à 6,8%).

"Pour la première fois, on dépasse les 15 millions d'auditeurs, avec un gain de plus de 500.000 auditeurs en un an, ce qui montre que dans cette période d'actualité effervescente, ils font confiance aux radios du service public", a salué Sibyle Veil, PDG de Radio France, soulignant qu'en plus de voir leur nombre progresser, les auditeurs du service public rajeunissent.

L'actualité a également poussé RMC (+0,3 point à 7,7%) et notamment sa matinale "Bourdin direct" (+248.000 auditeurs en un an) et son émission de débat "Les grandes gueules" (+32.000 auditeurs).

Côtés musicales, NRJ garde sa troisième place des radios les plus écoutées, mais perd un point à 9,5%. Maryam Salehi, directrice déléguée du groupe, souligne que "malgré le contexte atypique, NRJ reste la première radio de France chez les moins de 65 ans et notre matinale reste la première matinale chez les moins de 65 ans".

De son côté, Skyrock perd 0,2 point, à 6,3% d'audience.

- Pas de miracle pour Europe 1 -

La forte actualité n'a en revanche pas bénéficié à Europe 1, qui a chuté de 0,6 point à 6%, un nouveau plus bas et sa treizième baisse d'affilée.

Son patron Laurent Guimier, qui a remanié la grille en profondeur à la rentrée de septembre, se veut toutefois optimiste: "notre objectif c'est d'accélérer dans le projet qu'on a mis en place en septembre parce qu'on y croit, parce que tous les indicateurs qualitatifs nous disent qu'on est dans la bonne direction", a-t-il indiqué à l'AFP.

"On perd beaucoup moins d'auditeurs que lors des accidents industriels précédents" estime-t-il observant que que "quelques tranches se portent bien", notamment le 5-7 de Matthieu Noël et le 17-20 de Matthieu Belliard.

"On ne va pas faire de changements de grille car on a déjà fait quelques ajustements début janvier", notamment avec la nouvelle émission de Karl Zéro l'après-midi, poursuit-il, précisant que la radio allait désormais diffuser une fois par semaine un programme d'information en public : "on aura une matinale en extérieur en fin de semaine et la semaine prochaine, le 17/20 se fera avec les auditeurs qui viendront débattre et échanger avec les invités".

Une campagne de publicité est également prévue, notamment pour promouvoir la matinale de Nikos Aliagas.

Vos commentaires