En ce moment
 
 

La Défense donne des nouvelles des 3 militaires belges blessés au Mali: "Ils vont bien et ont tous décidé de poursuivre leur mission"

La défense communique sur l'état des 3 militaires belges blessés au Mali le 1er janvier dernier : ils vont bien et ont décidé de poursuivre la mission sur place.

Début janvier, des militaires belges de la Minusma étaient en mission au Sud Est de Gao. La Minusma correspond à la force des Nations unies de maintien de la paix au Mali. 85 militaires belges en font partie. Le 1er janvier dernier, lors de cette mission, l’un des véhicules a malheureusement heurté un engin explosif. "On a constaté que la charge qu'on a utilisée, c'était plus ou moins 30 kilos donc c'est quand même pas rien du tout. C'est la raison pour laquelle le devant du véhicule a disparu", explique Johan Peeters, général et sous-chef d'Etat-major opérations et entrainement

Tout l’avant de leur véhicule est arraché lors de l’explosion et trois militaires belges sont blessés. L’un d’eux est inconscient. Il s’agit finalement de contusions. "J'ai eu l'opportunité de les voir sur place moi-même et je dois vous dire que les trois militaires vont bien et en fait, l'atmosphère dans le groupe dans le détachement est excellente. Ils sont focalisés bien sur leur mission et donc je suis ravi du fait qu'ils peuvent reprendre leur mission dans les jours qui viennent. Ils ont tous décidé de rester", déclare Johan Peeters.

Les véhicules utilisés sont conçus pour encaisser le choc

Des hommes qui ont pu être sauvés grâce à au type de véhicule utilisé. Ils sont conçus pour encaisser le choc."Il y a une bonne partie du véhicule qui a été arraché par l'explosion. Le véhicule est prévu pour réagir de cette manière-là. On a ce qu'on appelle une "safety cell", c'est-à-dire une zone de protection pour le personnel qui englobe uniquement la partie où le personnel est à l'intérieur. Donc tout ce qui est moteur et les bagages est là pour encaisser le coup. La "safety cell" protège le personnel dans son entièreté", nous apprend Jean-François, commandant. Le véhicule touché n’est plus utilisable. En 2019, on a compté près de 200 explosions de ce type au Mali.

Vos commentaires