En ce moment
 

Libye: Paris réclame des sanctions contre ceux qui bloquent le processus politique

Libye: Paris réclame des sanctions contre ceux qui bloquent le processus politique
Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian réclame de nouvelles sanctions contre ceux qui bloquent le processus politique en Libye Michele CATTANI

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a réclamé lundi plus de fermeté de la communauté internationale ainsi que de nouvelles sanctions contre ceux qui bloquent le processus politique en Libye.

La situation actuelle "impose de nous montrer plus durs à l'égard de ceux qui souhaitent imposer le statu quo à leur seul bénéfice", a-t-il dit lors d'une conférence de presse en marge de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU.

"Les sanctions prises récemment contre un certain nombre de trafiquants par le Conseil de sécurité doivent être suivies d'autres sanctions, je pense en particulier aux miliciens qui menacent Tripoli", a-t-il ajouté.

En fin de semaine dernière, le gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale (GNA) avait demandé de l'ONU à prendre des mesures "plus fermes et plus efficaces" pour protéger les civils et arrêter les combats autour de la capitale qui ont fait plus de 100 morts depuis fin août.

Le ministre français des Affaires étrangères a par ailleurs plaidé pour un meilleur contrôle des ressources financières tirées de la vente du pétrole libyen afin d'éviter qu'elles n'alimentent des groupes hostiles à une sortie de crise.

"Nous devons appuyer les réformes économiques du Premier ministre (Fayez) al-Sarraj et travailler à ce qu'il y ait davantage de transparence dans l'utilisation des immenses ressources de la Libye aujourd'hui massivement détournées et qui en fait alimentent le conflit sur place", a-t-il souligné.

Les combats opposent des milices venues notamment des villes de Tarhouna et Misrata (ouest) à des groupes armés tripolitains, sur fond d'une lutte d'influence acharnée pour dominer la capitale et contrôler les institutions et les richesses du pays, plongé dans le chaos depuis la chute de régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Vos commentaires