En ce moment
 
 

Enlèvement au Maroc: une famille d'Anderlecht est impliquée

Enlèvement au Maroc : une famille d'Anderlecht est impliquée

Début juillet, une famille d’Anderlecht était mêlée dans une affaire de trafic de cannabis. La section stupéfiant de la police fédérale avait procédé à plusieurs perquisitions et arrestations liées à cette famille. Celle-ci pourrait également être impliquée dans un enlèvement au Maroc. RTL Info s’est procuré la vidéo très impressionnante de cette agression. Le Maroc pourrait demander des comptes aux suspects.

Dans cette vidéo, plusieurs hommes sont sur un parking de Tanger. On y voit un l’homme, un ressortissant marocain résidant en Belgique. En quelques secondes, il se fait enlever et est saisi par l'arrière par d'autres hommes. Ses agresseurs l’emmènent alors vers un véhicule. La victime se débat avec force mais cela n’est pas suffisant. Il est finalement embarqué où il sera torturé et menacé d’une arme. Une rançon lui sera demandée.

"On est face à une séquestration, à des coups et blessures. Dans l'hypothèse où cette séquestration solliciterait en outre le paiement d'une rançon, je pense qu'on est clairement dans la prise d'otage", nous informe Frank Discepoli, avocat pénaliste et assistant en droit pénal et procédure pénale.

Une extradition souhaitée

Cet enlèvement avait été évoqué dans la presse marocaine en 2014. Depuis lors, la justice marocaine s’intéresse et recherche des membres d’une famille d’Anderlecht suspectés dans cette affaire. Fin juin, certains d'entre eux ont été arrêtés en Belgique dans le cadre d'un vaste trafic de cannabis qu’ils ramenaient du Maroc et d'Espagne.

L'un des frères de la famille inculpé en Belgique dans le cadre de cette organisation pourrait être théoriquement extradé vers le Maroc concernant les faits de prise d'otage. Pour Henri Laquay, avocat au barreau de Bruxelles, spécialiste en droit pénal reconnu par le Conseil de l'Ordre, cette extradition est tout à fait possible. "Une personne non Belge arrêtée en Belgique ayant commis des faits au Maroc pourra - à la demande des autorités marocaines - être extradée vers le Maroc et être jugée au Maroc", déclare-t-il.

Cette extradition est souhaitée par la victime de l’enlèvement. Concernant les faits de trafic de stupéfiants en Belgique, des devoirs d’enquête sont toujours en cours et des suspects seraient encore recherchés.

Vos commentaires