En ce moment
 

Menstrues et "photos de bites": une marche des femmes fait scandale au Pakistan

"Tout ce que tu fais, je peux le faire en saignant", "divorcée et heureuse", ou encore "gardez vos photos de bites pour vous". Des pancartes brandies le 8 mars pour la journée des femmes continuent de faire scandale au Pakistan, pays musulman conservateur.

Féministes et provocateurs, ces messages ne représentaient qu'une infime partie des slogans chantés ce jour-là par des dizaines milliers de femmes au Pakistan.

Mais repris en boucle par les médias et sur les réseaux sociaux, ils ont provoqué des réactions brutales, certaines participantes étant menacées de viol et de meurtre, selon les organisatrices.

Les débats sur les droits des femmes se sont ensuite multipliés pendant des semaines dans un pays encore très peu concerné par #MeToo, faisant la part belle aux esprits conservateurs.

Une "marche des hommes" a été organisée à Karachi, la plus grande ville pakistanaise. Mais elle n'a rassemblé que deux participants, selon les médias locaux.

Un religieux de Karachi, offensé par une pancarte clamant "Mon corps, mon choix", a publié une vidéo vue des dizaines de milliers de fois dans laquelle il a expliqué, en détournant le slogan, que les hommes pouvaient dès lors "grimper sur qui ils voulaient".

Les organisatrices bénévoles de la marche, qui s'attendaient à des réactions, ont été surprises par leur férocité.

"Ils ont pris la mouche au point d'envoyer des menaces de mort. (...) C'est trop", raconte Lubaina Rajbhoy, une graphiste dont les pancartes sont devenues emblématiques de l'évènement.

Ce rejet "montre une montée de l'intolérance dans notre pays, qui est justement l'un des objectifs de la marche", poursuit-elle.

- Violences "insolubles" -

Les femmes se battent depuis des décennies pour leurs droits les plus élémentaires au Pakistan, où les violences commises contre elles sont "omniprésentes et insolubles", selon la Commission nationale des droits de l'Homme.

Une grande partie de la société vit sous un code patriarcal permettant l'oppression des femmes qui tentent de s'en affranchir, en choisissant par exemple leur mari ou en travaillant hors de la maison.

Des centaines de Pakistanaises sont ainsi tuées chaque année, souvent par des proches, pour avoir insulté leur "honneur", selon des organisations de défense des droits de l'Homme.

Comme ailleurs, la marche des femmes a été critiquée par crainte que le "féminisme" signifie la haine de l'homme, "ce qui n'est pas vrai du tout", regrette Leena Ghani, une organisatrice.

"Nous demandons des opportunités identiques, l'égalité pour tous", ajoute-t-elle.

Mais les pancartes honnies ont aussi été accusées d'être élitistes et trop imprégnées de culture occidentale. Celle demandant aux hommes de "garder leurs photos de bites" pour eux, outre le langage employé, a rendu visible le harcèlement sexuel, notamment en ligne, une question peu abordée.

En outre, la référence au cycle menstruel a généré du dégoût dans un pays où l'éducation sexuelle est presque inexistante.

Le slogan "divorcée et heureuse" a de son côté été perçu contre une attaque contre les structures sociales pakistanaises, dans lesquelles le mariage joue un rôle central.

L'application Careem, concurrente de Uber au Moyen-Orient, a ensuite pris sa part de blâme en lançant deux semaines après la marche une campagne publicitaire au ton ironique peu apprécié: "Si tu veux fuir ton mariage, réserve une moto Careem".

Une plainte pour "campagne promotionnelle contraire à l'éthique" a d'ailleurs été déposée contre l'entreprise.

Dans un pays abonné aux théories du complot, la présentatrice Madiha Masood a même suggéré que la marche était "un mouvement rebelle" piloté par des puissances étrangères, "qui ont pris les femmes comme couverture".

"Je ne vais pas encourager ma fille à faire des gestes inappropriés, à tenir une cigarette dans ses doigts et à dire : +Mon heure est venue+. Je suis vraiment désolée, je ne voudrais pas d'une telle fille", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Même l’icône féministe et poétesse pakistanaise Kishwar Naheed a appelé les féministes à garder à l'esprit leur culture et leurs traditions afin de ne pas s'égarer comme des "jihadistes".

Grâce à la controverse, des femmes de tout le pays ont toutefois eu accès au message, remarque Lubaina Rajbhoy, l'auteure des pancartes.

"Il est important pour elles de voir qu'il y a ce groupe de femmes qui sortent de leurs maisons et manifestent, note-t-elle. Peut-être souhaiteront-elles en être à l'avenir".

Vos commentaires