En ce moment
 
 

Mère et ex de Premiers ministres canadiens, Margaret Trudeau se confie sur scène

(Belga) Mère et ex-épouse de Premiers ministres canadiens, Margaret Trudeau monte sur scène ces jours-ci à Montréal pour son premier spectacle, revenant sur sa vie mondaine et ses névroses.

A 70 ans, elle a choisi le festival d'humour Juste pour rire pour présenter de jeudi à samedi un "one woman show" intitulé "Certain Woman of an Age" (une femme d'un certain âge), qu'elle avait testé en mai à Chicago devant son fils Justin, qui brigue en octobre un deuxième mandat à la tête du pays. Diagnostiquée bipolaire, internée trois fois, elle débute son spectacle en lançant à la foule: "Vous avez entendu ce qu'on chuchote? Margaret est folle! Arrêtez de chuchoter! C'est vrai! ", selon des recensions des quotidiens montréalais The Gazette et La Presse. Mariée à Pierre Elliott Trudeau, Premier ministre canadien pendant 15 ans dans les années 1970 et 1980, alors qu'elle n'avait que 22 ans, et lui 51, et séparée au bout de six ans, sa vie a défrayé la chronique au Canada et aux États-Unis. Son ex-mari était "un féministe tant que vous n'êtes pas mariée avec lui", lance-t-elle selon The Gazette, décrivant son expérience de Première dame du Canada comme "un enfer". Cette "vieille hippie", selon ses propres mots, revient également sur les relations amicales ou intimes qu'elle a nouées avec nombre d'artistes et de personnalités de premier plan: Mick Jagger, "un trou du cul arrogant", Leonard Cohen, Ted Kennedy, Jack Nicholson, mais aussi la reine Elizabeth II, le Dalai Lama ou encore Fidel Castro. Mère de trois enfants, et grand-mère de neuf petits-enfants, elle continue à suivre la politique de près et revient sur l'un des moments les plus intenses du mandat de son fils: l'an passé, lorsque le président américain Donald Trump, qui venait de quitter le sommet du G7 au Québec, a qualifié le Premier ministre canadien de "très malhonnête et de faible". Elle raconte avoir vu "un petit garçon jaloux et grognon": le président américain était "en colère parce que Justin semble avoir les qualités qui plaisent vraiment aux gens", en particulier "la gentillesse", un trait de caractère qui, selon elle, n'est pas la "priorité" de M. Trump. Quoi qu'il en soit, les deux dirigeants nord-américains "ont une bonne relation", plaisante la mère du Premier ministre canadien. (Belga)

Vos commentaires