En ce moment
 
 

Mexique: dispersion d'un convoi de 2.000 clandestins qui demandait l'aide du président

Mexique: dispersion d'un convoi de 2.000 clandestins qui demandait l'aide du président
Des policiers mexicains dispersent un groupe de migrants originaires d'Amérique centrale à Tapachula, dans le sud du pays, le 12 octobre 2019Daniel ZACARIAS

Les autorités mexicaines ont dispersé samedi un convoi d'environ 2.000 migrants illégaux qui avaient pris la route à pied depuis le sud du Mexique, vers Mexico, pour demander au président qu'il les aide à sortir de l'impasse légale dans laquelle ils se trouvent.

Des agents de la garde nationale et des policiers fédéraux sé sont positionnés près de la localité de Huixtla (sud) afin de contenir le passage des migrants - originaires du Honduras, du Salvador, de Cuba, d'Haïti et de pays africains - a rapporté Irineo Mújica, de l'ONG Peuples sans frontières. "La caravane a été démantelée", a-t-il déclaré.

Le convoi, parti à l'aube de Tapachula (sud), une ville frontalière avec le Guatemala, n'a parcouru qu'une vingtaine de kilomètres. Les migrants comptaient, après avoir atteint Mexico, poursuivre leur route vers Tijuana (nord), à la frontière avec les Etats-Unis.

Le militant Luis García Villagrán, qui faisait partie du convoi, a expliqué qu'ils ne renonçaient pas à nouer le dialogue avec le président mexicain Andres Manuel López Obrador, pour lui demander des solutions pour les milliers de personnes bloquées depuis des mois à la frontière sud.

Plusieurs clandestins ont expliqué être entrés au Mexique il y a plusieurs mois et attendre toujours un permis de libre circulation dans le pays délivré par l'Institut national des migrations (INM).

Il s'agissait du premier convoi de clandestins qui voulait traverser le Mexique depuis que le gouvernement, sous pression de Washington, a déployé en juin 21.000 hommes aux frontières du pays pour freiner l'immigration illégale en direction des Etats-Unis.

Entre janvier et août, l'entrée de migrants illégaux dans ce pays depuis le Mexique a ainsi été réduite de près de 60%.

En 2018, des milliers de migrants, essentiellement des Honduriens, Salvadoriens, Guatémaltèques fuyant la misère et la violence des gangs dans leur pays, avaient formé de spectaculaires "caravanes" marchant à pied sur plusieurs milliers de kilomètres à travers l'Amérique centrale et le Mexique dans l'espoir de gagner les Etat-Unis.

Vos commentaires