En ce moment
 

Michael Jackson fait une réapparition posthume sur l'album du Canadien Drake

Michael Jackson fait une réapparition posthume sur l'album du Canadien Drake
Michael Jackson le 5 mars 2009 à LondresCarl DE SOUZA

Près d'une décennie après sa mort, Michael Jackson fait une réapparition, dans le nouvel album intitulé "Scorpion" du rappeur canadien Drake, sorti vendredi.

La voix de Michael Jackson se reconnaît dans le choeur de "Don't Matter To Me", un des titres du 5e album studio de Drake, qui était très attendu.

"Tout à coup, tu dis que tu ne veux plus de moi/ tout à coup, tu dis que j'ai fermé la porte/ cela m'est égal", chante le "roi de la pop".

Drake n'a pas donné de détail sur la génèse du titre. Mais Michael Jackson avait laissé une série de morceaux inachevés à sa mort en 2009.

C'est à partir d'une maquette enregistrée par Michael Jackson qu'est sorti en 2014 "Love Never Felt So Good, un "duo posthume" entre Jackson et Justin Timberlake.

Comme "Don't matter to me", cette chanson est attribuée en partie au crooner Paul Anka, l'auteur de "Put Your Head on My Shoulder", avec lequel Jackson a travaillé en 1983 sur un album de duos.

Le projet avait été mis de côté avec le succès de "Thriller", devenu ensuite l'album le plus vendu de l'histoire.

"Scorpion" sort au lendemain de la mort de Joe Jackson, père de Michael, Jermaine et La Toya Jackson. Réputé autoritaire dans ses méthodes d'éducation, il avait fondé avec ses enfants les Jackson 5, dans lequel Michael Jackson a fait ses débuts encore jeune enfant.

Dans une interview l'an dernier, Drake avait révélé que l'auteur de "Bad" et "Off the Wall" avait été un modèle pour lui. Il regrettait aussi d'être catalogué comme un rappeur.

Dans son nouvel album de 25 titres, Drake reste dans le registre du rap, qui a fait de lui un des chanteurs ayant vendu le plus d'albums ces dernières années. Dans d'autres morceaux, il s'aventure davantage dans le domaine de la pop.

Le rappeur Jay-Z apparaît sur "Talk Up" qui dénonce le président américain Donald Trump.

Vos commentaires