En ce moment
 

Migrations: petite amende pour le père de "l'enfant de la valise"

Migrations: petite amende pour le père de
Une photo rendue publique le 8 mai 2015 par la Garde civile espagnole montre le petit Adou Ouattara, 8 ans, recroquevillé dans la valise dans laquelle il a franchi la frontière hispano-marocaineHandout

Le tribunal de l'enclave espagnole de Ceuta au Maroc a finalement condamné, mardi, à une simple amende de 92 euros l'Ivoirien Ali Ouattara, dont l'enfant de huit ans avait été caché dans une valise pour passer la frontière sud de l'Europe.

Le 7 mai 2015, à un poste frontière de Ceuta, un bagage pesant transporté par une jeune fille marocaine avait été passé au scanner: les gardes civils, stupéfaits, avaient alors vu apparaître la silhouette d'un enfant recroquevillé en position foetale.

Le parquet réclamait initialement trois ans de prison à l'encontre du père du garçon, Ali Ouattara, 45 ans.

"On avait mis en danger la vie de l'enfant, recroquevillé d'une façon inhumaine dans une très petite valise sans ventilation", avait d'abord lu le président du tribunal, Fernando Teson, résumant un argument de l'accusation.

Mais en fin d'audience, le procureur n'a finalement requis qu'une amende de 224 euros, car il n'avait pas été prouvé que le prévenu "savait de quelle façon son fils allait être introduit dans le pays".

Les juges ont condamné le prévenu à 92 euros d'amende, tenant compte du fait qu'il avait passé un mois en détention provisoire.

Ils ont pris leur décision après avoir écouté le récit de l'enfant, Adou, désormais âgé de dix ans.

Il a bien admis qu'il "respirait mal" dans la valise où l'avait placé "une fille marocaine". Mais il a complètement disculpé son père qui lui avait expliqué qu'il passerait "en voiture" et n'avait jamais parlé de valise.

Ali Ouattara avait auparavant expliqué qu'il avait payé 5.000 euros à un réseau de passeurs, pour faire venir son fils coûte que coûte en Espagne.

Il a rappelé qu'à l'époque de l'affaire, il vivait depuis huit ans en Espagne - avec un titre de séjour, un travail stable et un logement - et avait pu faire venir sa femme et sa fille mais pas son petit dernier, l'administration espagnole estimant que ses 1.300 euros de salaire n'étaient pas suffisants pour les faire vivre tous.

La jeune Marocaine ayant transporté le bagage est recherchée par la justice, alors que le parquet réclamait six ans de prison contre elle.

Ali, ex-professeur de philosophie et de français à Abidjan, était arrivé en 2006 en Espagne, clandestinement par la mer, comme des milliers d'Africains le font chaque année à bord d'embarcations de fortune.

"Nous allons commencer à revivre", a-t-il conclu, "tous ensemble, ma femme, ma fille, mon fils et moi à Bilbao" au Pays basque espagnol.

Vos commentaires