En ce moment
 

Mike Pence demande à l'Amérique centrale de freiner "l'exode" de migrants illégaux

(Belga) Le vice-président américain Mike Pence, en visite au Guatemala, a exigé jeudi des présidents de ce pays, du Salvador et du Honduras - le "Triangle nord" de l'Amérique centrale - qu'ils freinent "l'exode" de migrants illégaux vers les Etats-Unis.

"Je dis avec le plus grand respect aux présidents ici réunis que cet exode doit prendre fin, c'est une menace pour la sécurité des Etats-Unis et, comme nous respectons votre souveraineté, vos frontières, nous insistons pour que vous respectiez la nôtre", a déclaré Mike Pence au Palais national de la capitale guatémaltèque. M. Pence a rencontré les présidents du Guatemala Jimmy Morales, du Honduras Juan Orlando Hernández, et du Salvador, Salvador Sánchez Cerén, pour évoquer la crise migratoire aux Etats-Unis. Depuis mai, la politique de "tolérance zéro" de l'administration Trump a provoqué la séparation de 2.300 mineurs de leurs parents migrants ayant franchi illégalement la frontière avec le Mexique où Donald Trump veut faire construire un mur de séparation. A la suite de la polémique, le président américain a finalement signé, la semaine dernière, un décret afin d'éviter ces séparations. Selon Mike Pence, parmi les milliers de Centraméricains qui viennent demander l'asile aux Etats-Unis, "peu sont ceux qui échappent à une persécution" réelle. "La majorité (des migrants) sont à la recherche de meilleures opportunités économiques, croyant qu'ils peuvent ne pas se conformer aux lois des Etats-Unis et entrer dans notre pays sans conséquences", a-t-il dit, ajoutant que des membres de gangs recherchés par les autorités se glissent parmi les migrants. M. Pence a demandé à la population des trois pays du Triangle nord de l'Amérique centrale de ne pas voyager sans papiers: "Venez légalement, sinon, ne le faites pas". "Ne mettez pas en jeu votre vie et celle de vos enfants", a-t-il insisté. Le président du Honduras M. Hernández a pour sa part déclaré qu'ils travailleront à "repenser le concept" de "s'attaquer à la racine" des problèmes qui génèrent la migration, tels que le trafic d'êtres humains, le trafic de drogue et le marché noir des armes à feu. (Belga)

Vos commentaires