En ce moment
 
 

Milton Nascimento: une icône de la musique brésilienne de retour à Paris

Milton Nascimento: une icône de la musique brésilienne de retour à Paris
Le chanteur compositeur brésilien Milton Nascimento à Rio de Janeiro le 28 mai 2017YASUYOSHI CHIBA

Milton Nascimento, une icône de la "MPB" (musique populaire brésilienne), revient à Paris où il n'a pas chanté depuis près de onze ans, pour un concert inespéré le 6 juillet au Casino de Paris.

Ce chanteur, guitariste et compositeur à l'énorme stature, que le saxophoniste de jazz Lionel Belmondo, qui a travaillé avec lui pendant trois ans à la fin des années 2000, n'hésite pas à qualifier de "Ravel brésilien", puisera pour ce concert dans le répertoire de "Clube da Esquina 1" et "Clube da Esquina 2", deux albums doubles publiés à six ans d'intervalle, en 1972 et 1978, considérés comme des classiques.

Dans la seconde moitié des années 1960, le tropicalisme, un mouvement qui va révolutionner la musique brésilienne, bat son plein à Salvador de Bahia avec comme protagonistes Gilberto Gil ou Caetano Veloso.

A quelque 1.500 kilomètres de là, à Belo Horizonte dans l'Etat du Minais Gerais, un jeune homme commence à faire parler de lui: Milton Nascimento.

Ce musicien aujourd'hui âgé de 76 ans a un destin hors du commun: sa mère noire, femme de ménage dans une famille blanche, décède lorsqu'il a dix-huit mois. Ses "patrons", un couple de blancs de la classe moyenne, vont adopter l'enfant.

Ils vont transmettre à Milton leur amour de la culture et de la musique. Au milieu des années 1960, déjà imprégné de musique, celui-ci s'ouvre au jazz.

Ce qui frappe chez lui, ce sont ses talents de compositeur, la douceur des mélodies, la délicatesse des arrangements. Et sa voix, aérienne et chaude, dans les graves comme dans les aigus les plus vertigineux.

La richesse de la musique de Milton Nascimento, qui syncrétise le jazz, la pop, le classique, les musiques traditionnelles et sacrées du Minas Gerais, va attirer la curiosité des plus grands, épris d'exotisme.

A commencer par le saxophoniste Wayne Shorter, qui va inviter Milton Nascimento sur "Native Dancer" (1975), l'un des disques les plus réussis de fusion entre jazz-rock et musique brésilienne. Paul Simon suivra quelques années plus tard.

Aux qualités musicales de Milton Nascimento, adulé au Brésil, s'ajoutent celles de l'homme, engagé, humaniste, militant écologiste, défenseur des Indiens d'Amazonie, mystique...

"Ce que je retiens de lui, c'est sa profonde humanité, sa grande humilité", a confié à l'AFP Lionel Belmondo. "C'est un enfant qui continue de s'émerveiller devant des choses simples, et à lutter contre cette inculture qui nous gagne".

"Ses mélodies sont très accessibles, mais quand on gratte, on se rend compte de la richesse de la matière à travailler", ajoute le musicien français.

Vos commentaires