En ce moment
 
 

Mise en garde aux nouveaux avocats de Weinstein pour possible conflit d'intérêts

Mise en garde aux nouveaux avocats de Weinstein pour possible conflit d'intérêts
L'ex-producteur américain Harvey Weinstein quitte le tribunal de Manhattan entouré par l'équipe de ses nouveaux avocats, le 25 janvier 2019 à New YorkTIMOTHY A. CLARY

Un juge a accepté vendredi le changement d'avocats demandé par l'ex-producteur Harvey Weinstein, inculpé d'agressions sexuelles à New York, tout en imposant des restrictions car ses nouveaux conseils ont récemment représenté l'une de ses accusatrices.

Le juge James Burke a validé le retrait de Ben Brafman, qui défendait jusqu'ici M. Weinstein, au profit de deux autres avocats prestigieux, Jose Baez et Ronald Sullivan.

Mais il a averti l'ex-producteur de limitations pour éviter tout conflit d'intérêts: ces deux avocats ont en effet défendu l'actrice Rose McGowan, qui fait partie des dizaines de femmes ayant accusé M. Weinstein d'agression sexuelle depuis octobre 2017, dans une affaire de possession de cocaïne.

M. Burke a rappelé que l'actrice avait accusé Harvey Weinstein d'avoir caché de la cocaïne dans son portefeuille, et que l'ex-producteur avait évoqué ces allégations dans des emails.

Par conséquent, a dit le magistrat, si l'actrice était appelée à témoigner par l'accusation lors du procès de M. Weinstein, le duo d'avocats ne pourrait utiliser des informations obtenues dans cette affaire de drogue.

L'ex-producteur de 66 ans, en costume gris sombre et cravate, a répondu "Oui, monsieur" au juge qui lui demandait si, après cette mise en garde, il conservait ces défenseurs. Eux-mêmes ont confirmé être conscients de ces restrictions.

"Cette affaire est un test de la présomption d'innocence", a déclaré M. Baez en sortant du tribunal. "Il a droit à la même présomption que tout le monde."

Une question-clé de la préparation du procès est de savoir quelles femmes seront autorisées à témoigner contre lui.

Plus de 80 femmes l'ont accusé publiquement d'agressions et de harcèlement sexuels, dont des célébrités comme Ashley Judd et Angelina Jolie.

Il est inculpé à New York de deux agressions sexuelles --une fellation forcée et un viol-- qui auraient été commises en 2006 et en 2013 sur deux femmes.

L'ouverture de ce procès est prévue début mai. La prochaine audience est le 7 mars.

Vos commentaires